Dimanche 3 mai 2020

Merci à tous ceux qui ont participé à ce culte afin de faire communion chacun dans nos maisons

Vous pouvez poursuivre avec une méditation proposée par Claire et Jacques Maignier.

Publié dans Tout | Laisser un commentaire

Culte du dimanche 26 avril 2020 par

Bonjour à toutes et à tous,

Après le jour de Pâques, Les Évangiles ne sont pas très clairs sur le lieu où se sont confinés les disciples …

Matthieu écrit qu’ils sont en Galilée, peut-être à Nazareth. Dans notre lecture du jour, Luc les représente à Jérusalem, et Jean préfère les placer sur le bord du lac de Tibériade …

L’important, au fond, ce n’est pas le lieu où sont les disciples, mais le lien qui les unit. L’important c’est leur ténacité à croire en leur maître malgré les épreuves du monde, à croire que ce qu’ils avaient vécu et ce qu’ils vivaient encore, n’était pas un événement qu’on pouvait oublier ou taire.

Maintenant, en ce jour du Seigneur, où que nous soyons, nous perpétuons ce lien et cette ténacité :

Dieu nous voit où nous sommes, comme nous sommes.

Dieu nous donne maintenant sa Grâce, et nous acceuille avec joie pour que nous écoutions sa Parole.

Louons le Seigneur,

2- LOUANGE

Seigneur, nous te louons avec le Psaume 15 :

(Psaume 15)

Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon cœur m’avertit qu’il est là. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; Où que je sois, il est à ma droite : je m’appuie sur lui.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair peut se reposer en paix : car tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami succomber à la corruption. Tu m’apprends le chemin de la vraie vie : devant ta face, je déborde de joie ! À ta droite, je vois une éternité de délices !

3- Chant

Nous chantons le Psaume 8, strophes 1,2,3 :

« Ton nom Seigneur est un nom magnifique »

4- VOLONTÉ DE DIEU

Officiant(e) :

Ecoutons maintenant ce que Dieu veut pour nous et nous donne la force de faire :

“Vous avez été appelés à être libres.

Seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte pour vivre selon les désirs de votre propre nature.

Au contraire, laissez-vous guider au service les uns des autres. Car toute loi se résume dans ce seul commandement :

aime ton prochain comme toi-même”.

(Galates 5/13-14)

5- CONFESSIONS DES PÉCHÉS

Assurés de l’amour de Dieu en Jésus-Christ, reconnaissons notre difficulté à bien faire, .

Silence

En ce jour qui t’es consacré, nous regardons vers toi, Seigneur.

Tu nous as donné le pain de chaque jour, tu nous as réjouis par ta création, tu nous as assurés de ta miséricorde par le Christ, mais nous ne t’avons pas dit notre reconnaissance.

Tu nous as accompagnés dans notre chemin quotidien, mais devant les soucis, nous avons été gagnés par la crainte et devant la tâche que tu nous indiquais, nous avons failli

Accorde-nous désormais, Père, ta force,ta sagesse, et des coeurs volontaires à ton service.

Amen.

6- Chant

Nous chantons le Psaume130, strophes 1 et 2 : « Du fond de ma détresse »

7- DÉCLARATION ET ACCUEIL DU PARDON

“Quand les montagnes s’effondreraient, dit Dieu, Quand les collines chancelleraient, Ma bonté pour toi ne faiblira point et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée. Car je te garde ma miséricorde pour l’éternité”.

(Esaïe 54/10)

Et voici comment Dieu a manifesté dans les évangiles l’alliance qui l’unit à l’homme: “Il a envoyé son Fils unique dans le monde afin que, par lui, nous ayons la vie éternelle”. (1 Jean 4/9)

Que Dieu nous mette au coeur l’assurance de son pardon et qu’Il nous donne de marcher vers son Royaume.

Chantons notre reconnaissance.

8- Chant

Nous chantons le cantique 151 strophes 1, 2 et 3 : « Je louerai l’Eternel »

9- PRIÈRE D’ ILLUMINATION

Nous prions Dieu avant de lire les Écritures, Silence Notre Père qui nous voit ici rassemblé en ton nom, Fais nous reconnaitre, dans les Écritures qui nous ont été données pour ce jour, la voie dans laquelle nous devons cheminer, car nous voulons aller à ta rencontre, Fais nous comprendre, par l’action de ton Saint Esprit, cette écriture, et qu’elle incarne pour nous ta Parole, car nous aspirons à l’entendre et à la comprendre, Et à nous qui sommes encore dans les ténèbres de ce monde, ravive dans nos cœurs la lumière et la chaleur nécessaire pour y acceuillir l’enseignement du Christ, qui est notre Maitre dans la foi,.

Amen

10- LECTURES BIBLIQUES

« Les pélerins d’Emmaüs »

Luc 24:13-35 (version Louis Segond)

13 Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades ;

14 et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé.

15 Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux.

16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

17 Il leur dit : De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes ?

18 L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit : Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci ?

19 Quoi ? leur dit-il. – Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puis sant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,

20 et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l’on livré pour le faire condamner à mort et l’ont crucifié.

21 Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.

22 Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés ; s’étant rendues de grand matin au sépulcre

23 et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leurs sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant.

24 Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont point vu.

25 Alors Jésus leur dit : O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes!

26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ?

27 Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait.

28 Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.

29 Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux.

30 Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna.

31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux.

32 et ils se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures?

33 Se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés.

34 Ils disaient entre eux : Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon.

35 Et ils racontèrent aussi ce qu’il leur était arrivé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu au moment où il rompit le pain.

11- PRÉDICATION

Méditation sur le chemin vers Emmaüs Luc 24, 13-35

(Silence)

Après l’horreur de la Passion, après la fuite et le confinement des disciples apeurés, la scène sur la route d’Emmaüs nous transporte soudain dans un cadre paisible et bucolique.

Deux jeunes gens se promènent librement le long d’une route, hors la ville, par une belle après-midi de printemps. Le long de ce chemin, ils se mettent à philosopher sur l’enseignement qu’ils ont reçu, sur les événements qu’ils ont vécus. Ils rencontrent alors un sage qui participe à leur discussion, puis accepte de partager son enseignement avec eux, avant de partager leur dîner.

Tout ceci évoque irrésistiblement les dialogues philosophiques de Platon, par exemple le Phèdre :

Socrate rejoint Phèdre qui se promène hors les murs d’Athènes, et va discuter avec lui de l’Amour et de la Beauté avant de retourner dîner en ville (pour un lecteur grec, qui lirait aussi l’évangile, certains termes spécifiques comme peripatein au verset 17, qui a ici le sens de « philosopher tout en marchant », forcent le parallèle).

Si l’histoire d’Emmaüs s’était arrêtée à cela, le christianisme n’aurait été qu’une école philosophique défunte de plus, qui aurait réfléchi sur les rapports de l’homme et du divin, une école avec son code moral (« aimez-vous les uns les autres »), ses rites (la Cène) et son texte de référence (les Évangiles).

Or, justement, l’enseignement du Christ ce n’est pas cela :

Si Luc, l’helléniste, décide d’inclure ici cet épisode d’Emmaüs (absent des autres évangiles1 ) c’est peut-être pour montrer que le Christ n’attend pas seulement de nous une paisible réflexion philosophique, centrée sur l’éthique ou l’esthétique de notre vie.

Au contraire, Luc veut montrer que le message de Jésus déclenche en nous un bouleversement complet, qui va engager notre être, et changer notre relation au monde et même au temps.

À la fin du récit, après le partage du pain, Luc choisit soigneusement ses termes pour décrire les jeunes disciples : au verset 33,

  • ils « se sont levés », pour le voyage, mais aussi pour une nouvelle vie, car le même terme serait utilisé pour dire « ils sont ressuscités » (anastases) ;
  • ils « se retournent » sur la route, mais aussi dans leur esprit, car le même terme serait utilisé pour dire qu’ils se sont « convertis » (upostrepo).

Arrivés près des apôtres ils confessent (première confession publique de l’Évangile de Luc sans Jésus) ce qu’ils croient : « Christ est sorti de terre !», « Christ est ressuscité ». Cette confession, partagée avec enthousiasme par tous, brise alors le confinement mental des onze disciples apeurés, et elle leur ouvre l’avenir.

Ainsi nait l’Église, et Pentecôte ne fera que la rendre visible à un plus grand nombre. Avec la conversion de ces deux disciples, le monde a déjà irrévocablement changé. Mais qu’avait-elle de si particulier cette conversion en chemin pour enclencher de tels bouleversements ?

C’est qu’il s’agit de la première conversion de l’Évangile qui peut ressembler à la nôtre, et par là même, nous toucher profondément, comme si la distance qui nous séparait des disciples était abolie.

C’est la première conversion déclenchée par une conviction intérieure invincible, intemporelle, et non par l’enseignement direct de Jésus, ou l’un de ses miracles. Certes, Jésus va leur enseigner, mais essentiellement en interprétant des Écritures existantes, c’est-à-dire en travaillant avec eux sur un texte ancien comme nous le faisons aujourd’hui. C’est l’interprétation du texte qui va éveiller leur esprit, car Jésus lui-même ne se fait pas reconnaître des disciples pendant ce temps d’enseignement. Certes, ils vont reconnaître Jésus au moment du partage de pain, mais celui-ci disparaît aussitôt !

Cette expérience n’est pas si différente de la Cène que nous pratiquons de nos jours, où nous reconnaissons que Jésus est parmi nous sans pour autant être visible.

1 Sauf une allusion fugitive en Marc 16.12

Enfin, portés par leur foi, ils éprouvent le besoin irrésistible de rejoindre (sans Jésus) une communauté de disciples, comme nous le faisons chaque dimanche quand nous nous retrouvons tous ensemble, pour proclamer que Christ est ressuscité.

Ainsi, avec les pèlerins d’Emmaüs, commence la longue chaîne des disciples comme nous, qui, sans avoir vu Jésus, sans autre secours que les textes, les sacrements et la vie en communauté, vont croire.

De façon réciproque, nous pouvons donc dire que nos rassemblements fraternels du dimanche, notre étude de la Bible, et notre célébration de la Cène nous mettent en contact direct avec Jésus comme si nous le croisions sur le chemin d’Emmaüs, comme s’il était mort hier, comme s’il venait de sortir du tombeau.

Pâques, an 33, pour nous, comme pour les disciples d’Emmaüs, c’était vraiment hier.

La conversion des disciples d’Emmaüs, tout comme la nôtre, se vit ainsi dans le même temps que celui de Jésus, dans ce temps si particulier et si dense qui est celui de la foi. C’est parce que c’est un bouleversement au plus profond de nous, et non la simple réception d’un enseignement philosophique grec, que ce lien dans le temps et l’espace est possible : nous pouvons aujourd’hui encore ressentir l’émotion des disciples d’Emmaüs quand leurs yeux s’ouvrent face au Christ, car nous savons que nous aurions été tout aussi émus qu’eux (et nous sommes sûrs qu’inversement ces deux disciples seraient ravis d’assister à un culte à Courseulles !).

Paul Ricoeur, le théologien protestant, donne même un nom à cette faculté particulière de se comprendre à travers le temps et l’espace, faculté qu’ont ceux qui partagent une même foi : l’intropathie2 .

En conclusion, en ce temps de confinement où tout semble distant, où nous sommes contraints dans un espace clos, et où l’extérieur nous fait peur, ce texte nous rappelle que nous ne sommes ni seuls ni loin les uns des autres.

En ce jour, si nous sommes portés par la foi, nous pouvons nous promener en imagination le long d’un chemin de campagne, tout comme les disciples d’Emmaüs, et écouter Jésus interpréter la Bible devant notre petite communauté. Puis une fois rentrés chez nous, si nous rompons le pain en pensant les uns aux autres, alors nous pouvons sentir que le Christ et tous ses disciples sont présents, ici et maintenant.

Pour briser notre confinement apeuré, il suffit donc de nous accueillir en pensée les uns les autres, comme autant de disciples d’Emmaüs, et d’affirmer ensemble ce que les disciples d’Emmaüs ont confessé pour la première fois : cet événement hors du temps, de l’espace et de la peur, auquel ils ont cru sans avoir eu besoin d’y assister, « Christ est ressuscité ».

2«L’intropathie est le schématisme propre à la constitution de l’intersubjectivité dans l’aperception analogique » (Paul Ricoeur, Du texte à l’action, Seuil 1986, p227).

Je ne sais pas si cela vous éclaire davantage …

Amen

12-Chant

Cantique 526, strophes 1,2, et 3 : « Jésus est au milieu de nous »

Nous restons debout pour confesser notre foi, éclairés et rassemblés par la Parole de Dieu,

13- CONFESSION DE FOI

Texte du XXIème siècle, rédigé par des lycéens et étudiants lors d’ un rassemblement de l’Eglise réformée de France en 2011.

Nous croyons que Dieu est présent dans nos vies. Nous croyons qu’il nous rassemble et qu’il se manifeste, aussi là où nous ne l’attendons pas, dans l’imprévu et l’inattendu. Nous croyons qu’il ne se laisse enfermer dans aucune institution, dans aucune définition.

Nous croyons qu’il nous relève et nous libère, qu’il nous donne la force d’agir et de changer le monde.

Nous croyons que Jésus-Christ vient à notre rencontre sur le chemin de la vie, que nous marchons en sa présence, qu’il nous parle et nous répond, dans le présent de nos vies.

Nous croyons que l’Esprit insuffle sa présence dans nos fragilités et dans la beauté de nos jours. Nous croyons qu’il nous guide dans le monde que Dieu a créé pour nous, dans l’attente de la nouveauté du Royaume.

Nous croyons que le salut est donné à tous, sans distinction, et qu’au beau milieu de cette vie si belle et si compliquée, ce salut s’annonce comme une promesse. Nous croyons que cette bonne nouvelle donne à chaque humain une dignité irrévocable et le courage de vivre, du premier au dernier souffle. Nous croyons que nous tous, porteurs de cette promesse, nous sommes son Eglise.

Amen

14- OFFRANDE

Voici le moment de l’offrande. Même en ce temps d’éloignement, rien n’interdit d’envoyer des chèques ou de faire un virement à notre paroisse pour lui permettre de continuer sa mission avec ténacité …

15- INTERCESSION

Nous allons nous unir dans une prière d’intercession ancienne, issue de la tradition protestante : à nous de l’actualiser dans notre esprit et au contexte que nous vivons (pandémie, crise économique, droits de l’homme). Pour ceux qui le souhaite, il est possible de la continuer à voix haute en famille avant de dire le Notre Père..

Bible de la Rochelle (1616)

Nous prions, Dieu tout puissant, Père trés bénin, tu as promis de nous exaucer en nos requêtes, que nous te ferions au Nom de Jésus notre Seigneur Bien aimé, avec promesses qu’il sera notre intercesseur pour exaucer toutes choses que nous consentirions sur la terre, Alors nous te prions pour tous les princes et seigneurs, les serviteurs que tu as commis, qu’ils appliquent le régime de ta justice, et que par toute la terre, ils maintiennent ta paix, Nous te prions pour nos frères, qui sont persécutés, que tu les consoles et les assistes, lorsque les méchants, et les loups ravissants, brûlent d’exercer leur rage à l’encontre d’eux, Nous te prions pour tous ceux qui sont dans les ténèbres et la captivité, ceux qui sont chatiés par croix et par tribulations, ceux qui sont battus de pauvreté, affligés de maladies ou autres calamités du corps, ou autres afflictions d’esprit, Père miséricordieux, nous te les recommandons tous : veuilles leur faire entendre ton affection paternelle, et qu’étant réjouis de ta visite, ils reçoivent toute consolation, Nous te prions encore pour toutes les nécessités de ton peuple, et celle de tous les hommes,

Finalement, Ô Dieu et Père, nous te prions pour nous-mêmes : octroye aussi, à nous qui sommes ici assemblés au nom de ton Fils, de nous renouveler en meilleure vie, de nous soutenir de ta vertu, et de nous nourrir de ta bonté, qui contient pour nous tous les biens.

(Silence)

Et nous pouvons maintenant nous présenter devant nous avec pour seule prière celle que nous a enseigné ton fils …

16- NOTRE PÈRE

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous laissent pas entre en tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles.

Amen.

17- ENVOI

Nous avons reçu ce matin à travers les écritures la Parole de Dieu.

L’épisode d’Emmaüs nous rappelle que nous nous reconnaissons tous dans l’enseignement du Christ, chacun à notre façon.

Il nous rappelle aussi que, où que nous soyons, la force de cet enseignement nous ouvre les yeux, et nous permet de nous sentir proche les uns des autres en esprit.

Portés par cet esprit, qui est Son Esprit, Guidés par Sa Parole,

Et vigilants à faire Sa Volonté.

Allez dans le monde, avec vos soeurs et vos frères, avec la mémoire de tous les disciples qui vous ont précédés, et dans l’attente de tous ceux qui vous suivront, Allez maintenant dans la joie de Notre Seigneur car vous êtes le sel de cette terre.

18- BÉNÉDICTION

Et nous recevons sur notre chemin la bénédiction de la part de Dieu :

“Le Seigneur de la paix nous donne lui-même sa paix, en tout temps et de toute manière”. (2 Thessaloniciens 3/16) Amen.

19-Chant

Nous chantons le cantique 602, strophes 1, 2, et 3 : « Oh prends mon âme »

Ont participés à l’élaboration de ce culte :

  • Axel Weytens pour la Liturgie, la Prédication, l’Envoi et la Bénédiction
  • Daphné Weytens Coquery, pour l’Accueil
  • Marie-Hélène Coquery, pour la Louange
  • Samuel Kauffmann, pour l’accompagnement musical des chants à la trompette.

Publié dans Cultes, Tout | Laisser un commentaire

Culte du dimanche 19 avril 2020 proposé par Pierre Antoine Maignier

Les cantiques sont indiqués avec les références dans les recueils Arc en Ciel (AEC) et Alléluia (ALL)pour faciliter leur chant.

La Grâce de Dieu

La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ notre Sauveur.Christ est ressuscité ! Christ est vraiment ressuscité !

« Bienheureux ceux qui, sans avoir vu, ont cru » c’est avec cette béatitude de l’évangile selon Jean que nous pouvons entrer, dans ce temps de culte.

Ce matin, éparpillé.e.s dans la Création, nous sommes invité.e.s, à partager la Parole, par la prière, dans une même foi, malgré les circonstances actuelles.

Avec Toi Seigneur, tous ensemble AEC 222, ALL 21-16 1.5.6
Refrain Avec toi, Seigneur, tous ensemble, Nous voici, joyeux Et sûrs de ton amour.
Tu nous as rassemblés Dans la joie de ta présence Et c’est toi qui nous unis.
1.C’est toi qui nous unis, Ton amour a fait de nous des frères, Tu es vivant au milieu de nous. Refr.
5. O Christ ressuscité ! Nous chantons la vie que tu nous donnes, Tu es vivant au milieu de nous. Refr.
6. Tu donnes ton amour, Ton Esprit fait vivre ton Eglise, Tu es vivant au milieu de nous. Refr.  

Louange

Nous pouvons louer le Seigneur avec le psaume 118

Des cris de triomphe et de salut s’élèvent dans les tentes des justes : La droite de l’Éternel manifeste sa puissance !

La droite de l’Éternel est élevée ! La droite de l’Éternel manifeste sa puissance !

Je ne mourrai pas, je vivrai, Et je raconterai les oeuvres de l’Éternel.

L’Éternel m’a châtié, Mais il ne m’a pas livré à la mort.

Ouvrez-moi les portes de la justice : J’entrerai, je louerai l’Éternel.

Voici la porte de l’Éternel : C’est par elle qu’entrent les justes.

Je te loue, parce que tu m’as exaucé, Parce que tu m’as sauvé.

La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient, est devenue la principale de l’angle.

C’est de l’Éternel que cela est venu : C’est un prodige à nos yeux.

C’est ici la journée que l’Éternel a faite : Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie !

O Éternel, accorde le salut ! O Éternel, donne la prospérité !

Béni soit celui qui vient au nom de l’Éternel ! Nous vous bénissons de la maison de l’Éternel.

L’Éternel est Dieu, et il nous éclaire. Attachez la victime avec des liens, Amenez-la jusqu’aux cornes de l’autel!

Tu es mon Dieu, et je te louerai ; Mon Dieu ! je t’exalterai.

Louez l’Éternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours !

Nous pouvons poursuivre notre louange en chantant le psaume 118 AEC et ALL 1.2.4

1. Célébrez Dieu, rendez-lui grâce, /Car éternel est son amour. /Inclinez-vous devant sa face, /Car éternel est son amour. /Avec ardeur que tous s’accordent /Pour discerner de jour en jour/ Les dons de sa miséricorde,/ Car éternel est son amour./

2. Je l’ai prié dans ma détresse/ Et le Seigneur m’a exaucé,/ Mettant sa force en ma faiblesse,/ Sa paix dans mon coeur angoissé. /A mes côtés le Seigneur veille ; /Comment de l’homme aurai-je peur?/ Jamais le Seigneur ne sommeille ;/ J’avancerai d’un pas vainqueur./

4. J’entends un chant de délivrance ; /Un cri joyeux s’est élevé :/ Dieu manifeste sa puissance, /Son bras vainqueur l’a emporté./ S’il nous éprouve, il nous fait vivre ; /Venez tous et le célébrez./ C’est de la mort qu’il me délivre ;/ Je ne crains pas car je vivrai./

La volonté de Dieu

Rom XII 1-9

Frères et sœurs, puisque Dieu a ainsi manifesté sa bonté pour nous, je vous invite à vous offrir vous-mêmes en sacrifice vivant, qui appartient à Dieu et qui lui est agréable. C’est là le véritable culte conforme à la parole de Dieu.

Ne vous conformez pas aux habitudes de ce monde, mais laissez Dieu vous transformer et vous donner une intelligence nouvelle. Vous discernerez alors ce que Dieu veut : ce qui est bien, ce qui lui est agréable et ce qui est parfait.

Ne vous prenez pas pour plus que vous n’êtes, mais ayez une idée juste de vous-même, chacun selon la part de foi que Dieu lui a donnée.

Nous avons des dons différents à utiliser selon ce que Dieu a accordé gratuitement à chacun :

L’un de nous a-t-il le don de transmettre des messages reçus de la part de Dieu ? Qu’il le fasse selon la foi.

Un autre a-t-il le don de servir ? Qu’il serve.

Quelqu’un a-t-il le don d’enseigner ? Qu’il enseigne.

Quelqu’un a-t-il le don d’encourager les autres ? Qu’il les encourage.

Que celui qui donne ses biens le fasse avec une entière générosité.

Que celui qui dirige le fasse avec soin.

Que celui qui aide les malheureux le fasse avec joie.

Que l’amour soit sincère. Détestez le mal, attachez-vous au bien :

Ayez un esprit plein d’ardeur. Ici et maintenant soyez prêts à servir.

Servez le Seigneur avec un cœur plein d’ardeur.

Réjouissez-vous à cause de votre espérance.

Soyez patients dans la détresse.

Venez en aide à vos frères et vos sœurs dans le besoin.

Pratiquez sans cesse l’hospitalité.

Demandez la bénédiction de Dieu pour ceux qui vous persécutent

Réjouissez-vous avec les personnes qui sont dans la joie, pleurez avec celles qui pleurent.

Vivez en bon accord les uns avec les autres.

N’ayez pas la folie des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne vous prenez pas pour des sages.

S’il est possible, et dans la mesure où cela dépend de vous, vivez en paix avec tous.

Repentance

La volonté de Dieu nous conduit à reconnaître notre péché.

Béni sois-tu, Seigneur notre Dieu, qui fais de nous les témoins de la résurrection de Jésus Christ.

Tu veux que nous proclamions que tu es le Dieu vivant, et nous avons peur de la mort !

Tu veux que nous manifestions ta lumière, et nous tâtonnons dans l’obscurité !

Tu veux que nous célébrions le mystère de ta présence, et nous restons prisonniers de nos habitudes!

Dieu de vie, écoute et prends pitié !

Amen

J’ai soif de ta présence AEC 626, ALL 45-10

1. J’ai soif de ta présence,/ Divin chef de ma foi./ Dans ma faiblesse immense, /Que ferais-je sans toi? /Refr.

2. Pendant les jours d’orage,/ D’obscurité, d’effroi, /Quand faiblit mon courage, /Que ferais-je sans toi ?/ Refr.

3. O Jésus, ta présence, /C’est la vie et la paix, /La paix dans la souffrance /Et la vie à jamais ! /Refr.

Refrain Chaque jour, à chaque heure,/ Oh! j’ai besoin de toi. /Viens, Jésus, et demeure /Auprès de moi !/

Accueil du pardon

Le Seigneur nous dit : « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’enlèverai votre coeur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon Esprit: alors vous suivrez mes préceptes, vous observerez mes commandements et vous y serez fidèles. » Celui qui met sa confiance en Dieu et trouve sa joie en Jésus Christ est sauvé.

Chantons notre reconnaissance avec le cantique A Dieu soit la gloire AEC 277 ALL 41-28

1. A Dieu soit la gloire/ Pour son grand amour, /Car de sa victoire/ S’est levé le jour : /Jésus, à ma place,/ Est mort sur la croix,/ Il donne sa grâce/ A celui qui croit./ Refr.

2. La foi, l’espérance/ Ont chassé la peur, /Une paix immense /Emplit notre cœur. /Selon sa promesse, /Jésus changera /Deuil en allégresse /Quand il reviendra. /Refr.

Refrain : Gloire à Dieu, gloire à Dieu ! /Terre, écoute sa voix ! /Gloire à Dieu, gloire à Dieu ! /Monde, réjouis-toi !/ Reviens à ton Père ! /Jésus est vainqueur : /Que toute la terre /Chante en son honneur./

La Parole

Père, Ta parole est comme le feu, éclaire-nous ! Ta parole est comme l’eau, rafraîchis-nous ! Ta parole est comme le ciel, élève-nous ! Ta parole est comme la terre, enracine-nous ! Nous ne comptons pas sur nos paroles, paroles humaines qui oublient et déçoivent ; nous comptons sur ta Parole, tu es Dieu de mémoire, tu es Dieu d’espérance. Amen

Ac II 42-47 (TOB)

42 Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières.43 La crainte gagnait tout le monde : beaucoup de prodiges et de signes s’accomplissaient par les apôtres.44 Tous ceux qui étaient devenus croyants étaient unis et mettaient tout en commun.45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous, selon les besoins de chacun.46 Unanimes, ils se rendaient chaque jour assidûment au temple ; ils rompaient le pain à domicile, prenant leur nourriture dans l’allégresse et la simplicité de coeur.47 Ils louaient Dieu et trouvaient un accueil favorable auprès du peuple tout entier. Et le Seigneur adjoignait chaque jour à la communauté ceux qui trouvaient le salut.

Jn XX 19-31

19 Le soir de ce même jour qui était le premier de la semaine, alors que, par crainte des autorités juives, les portes de la maison où se trouvaient les disciples étaient verrouillées, Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit : « La paix soit avec vous. »20 Tout en parlant, il leur montra ses mains et son côté. En voyant le Seigneur, les disciples furent tout à la joie.21 Alors, à nouveau, Jésus leur dit : « La paix soit avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour je vous envoie. »22 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint ;23 ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. »24 Cependant Thomas, l’un des Douze, celui qu’on appelle Didyme, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint.25 Les autres disciples lui dirent donc : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur répondit : «Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’enfonce pas mon doigt à la place des clous et si je n’enfonce pas ma main dans son côté, je ne croirai pas ! »26 Or huit jours plus tard, les disciples étaient à nouveau réunis dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vint, toutes portes verrouillées, il se tint au milieu d’eux et leur dit : « La paix soit avec vous. »27 Ensuite il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici et regarde mes mains ; avance ta main et enfonce-la dans mon côté, cesse d’être incrédule et deviens un homme de foi. »28 Thomas lui répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu. »29 Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu as cru ; bienheureux ceux qui, sans avoir vu, ont cru.»30 Jésus a opéré sous les yeux de ses disciples bien d’autres signes qui ne sont pas rapportés dans ce livre.31 Ceux-ci l’ont été pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour que, en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Petite variation spatio-temporelle de l’Evangile que nous partageons ce matin.

le tombeau vide les disciples enfermés Jésus ressuscité avec les disciples

          

Le texte débute au soir du premier jour de la résurrection et se termine au huitième jour.

Dans la Première Alliance, le 7ème jour, Shabbat, est consacré à Dieu pour la semaine accomplie (c.f. Gn II 3 : le récit de la création, Ex III 8-11). Tandis que pour une majorité d’églises chrétiennes, c’est le 1er jour de la semaine qui est consacré à Dieu le dimanche, dies domenica (jour seigneurial).

Cette première journée est riche en évènements :

– Le matin, Marie de Magdala se rendant au tombeau pour accomplir les derniers rites funéraires au corps de Jésus se trouve face à un sépulcre ouvert, vide.

– Pierre et Jean s’y retrouvent, constatent l’absence de corps mais ne comprennent pas encore l’Ecriture (bien qu’il soit indiqué que Jean vit et crut) et s’en retournent.

– Marie reconnait Jésus et l’annonce aux disciples.

– Le soir, où commence le passage lu, 10 des 12 disciples réunis sont enfermés dans la peur.

Le soir est la période du jour où l’ombre progresse, les angoisses se développent. Dans leur lieu clos, la situation des disciples contraste avec la lumière du matin qui se lève et du tombeau ouvert vide. Là où nous devrions trouver un cadavre, il n’y a que des bandelettes et un linge et là où nous devrions trouver la vie humaine, il y a les disciples repliés dans une espace qui ressemble plutôt à un sépulcre fermé.

Jésus se fait reconnaitre des disciples par la salutation et les stigmates de la crucifixion. Les disciples passent ainsi de malades de la mort (le désespoir) à la joie et la vie par Jésus ressuscité qui leur fait don de l’Esprit Saint pour annoncer le Salut et de l’espérance dans le royaume de Dieu.

L’espérance est don de Dieu qui vivifie la foi des Hommes, tandis que l’espoir n’est qu’est qu’un faux semblant humain qui exprime la détresse et une quête d’une échappatoire temporaire.

Nous sommes bien, ici, en présence du Dieu vivant avec les vivants. (Le dieu nietzschéen est resté dans le sépulcre, pas Celui que nous confessons…)

Huit jours après, 1er jour de la semaine, les disciples se retrouvent de nouveau enfermés, à penser que leur foi est fragile, Thomas retardataire, méfiant à priori, reconnait après avoir vu les marques du supplice, Jésus comme son Seigneur et son Dieu.Les onze se trouvent réunis dans une même foi, après avoir vu Jésus. L’accent est mis sur Thomas car il exige des preuves mais les dix ont vu aussi le corps du Ressuscité.

A la confession de foi de Thomas, Jésus répond en nous adressant une béatitude : « Bienheureux ceux qui, sans avoir vu ont cru. »

La fin du texte de ce matin est aussi la conclusion de l’Evangile selon Jean bien qu’il y ait un chapitre ajouté plus tard.

Les disciples, malgré la peur au soir de Pâques, sont devenus par la foi, apôtres en recevant le don de l’Esprit Saint. Ceux sont bien eux et leurs successeurs qui ont transmis la Parole vivante jusqu’à nous dans l’espérance du 8ème jour.

Nous célébrons, chaque dimanche, Pâques qui nous rappelle que nous sommes renouvelés par Christ mort et ressuscité. Premier jour d’un temps nouveau, dans lequel, malgré nos doutes, nos erreurs, nous sommes amenés à œuvrer dans l’espérance d’un monde à venir qui commence dès aujourd’hui.

A la suite des Apôtres, sortons de nos tombeaux pour porter la bonne nouvelle !

Confession de foi

Nous croyons en Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, qui s’est fait homme pour que nous ayons pardon, joie et salut.

Nous croyons qu’il est mort et ressuscité pour nous donner la victoire sur la mort et l’assurance de notre résurrection.

Nous croyons qu’il viendra dans la puissance et la gloire, comme il est venu dans la faiblesse et l’humilité.

Par lui, nous croyons en Dieu notre Père, qui nous prend pour ses enfants et nous aime comme Il aime Jésus-Christ.

Nous croyons en l’Esprit saint qui agit en notre esprit et nous atteste que nous sommes enfants de Dieu, qui guide l’Eglise par sa Parole et nous révèle la gloire de Jésus-Christ.

Nous croyons l’Eglise universelle, visible et invisible, pécheresse et pardonnée.

Nous croyons que nous sommes tous liés à Jésus-Christ.

Nous croyons que le Royaume de Dieu est notre commune espérance. Amen

Intercession

Père Rassemblés devant toi, nous te présentons notre monde.

Nous te prions pour tous ceux que tu nous mets en mémoire. Que ta volonté soit faite.

Nous te remettons tous les peuples de la terre, tous ces êtres humains que tu considères comme tes enfants. Que la lumière illumine les temps à venir ! Que ta Parole retentisse pour annoncer ta Paix !

Nous te remettons celles et ceux qui ont dit oui à ton appel, et qui témoignent de ton amour là où ils se trouvent Que chacun reçoive de toi force et joie pour accomplir sa mission, particulièrement dans les lieux où règnent la guerre et la violence.

Nous te remettons chaque personne en souffrance, chaque être humain habité par le désespoir et le chagrin, car tu ne prends pas seulement soin de ton peuple, mais de toute créature. Soutiens le malade et le mourant, et donne-nous la parole qui exprime ce soutien ! Accompagne l’endeuillé et rends-nous présent à sa peine !

Encourage celui qui se sent inutile, oublié, et apprends-nous à partager son souci !

Conduis tous les enfants dans l’Espérance, par ton Esprit, et aide-nous à transmettre ta promesse avec fidélité !

Dispense ta sagesse à tous les responsables politiques, économiques et sociaux et fais de nous des citoyens attentifs, constructifs, qui mettent l’Evangile au coeur de leur vie et du monde.

Nous te remettons celles et ceux qui nous sont chers, qui nous sont proches : que nous vivions avec eux dans la compréhension et l’amour.

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;

pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal,

car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,

aux siècles des siècles.

Amen.

Envoi et bénédiction

1Pierre I 3-9

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut corrompre, ni souiller, ni flétrir ; cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi pour le salut prêt à se révéler au moment de la fin. Aussi tressaillez-vous d’allégresse même s’il faut que, pour un peu de temps, vous soyez affligés par diverses épreuves, afin que la valeur éprouvée de votre foi – beaucoup plus précieuse que l’or périssable qui pourtant est éprouvé par le feu –obtienne louange, gloire et honneur lors de la révélation de Jésus Christ, Lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore ; aussi tressaillez-vous d’une joie ineffable et glorieuse, en remportant, comme prix de la foi, le salut de vos âmes.

Dieu vous bénit.

Que l’amour, par le Père, soit répandu en vos coeurs.

Que la paix, par le Fils, naisse de votre témoignage.

Que l’espérance, par l’Esprit saint, anime votre vie.

Dieu vous garde.

  A toi la gloire AEC 471 ALL 34-18 1. 1.A toi la gloire, / O Ressuscité !/ A toi la victoire/  Pour l’éternité !/ Brillant de lumière, / L’ange est descendu,/  Il roule la pierre / Du tombeau vaincu./ Refr.   
2. Vois-le paraître : / C’est lui, c’est Jésus,/  Ton Sauveur, ton maître, / Oh ! ne doute plus !/ Sois dans l’allégresse, / Peuple du Seigneur, / Et redis sans cesse : / Le Christ est vainqueur !/ Refr.
  Refrain A toi la gloire, /O Ressuscité !/ A toi la victoire/ Pour l’éternité ! /
3. Craindrais-je encore ?/  Il vit à jamais, / Celui que j’adore,/ Le prince de paix./ Il est ma victoire, / Mon puissant soutien,/ Ma vie et ma gloire : / Non, je ne crains rien. /Refr

Publié dans Cultes, Tout | Laisser un commentaire

Culte de Pâques 12 avril 2020

EPUdF Courseulles Côte de Nacre     Dimanche de Pâques 12 avril 2020

En cette période d’épidémie nous contraignant au confinement nous vous proposons une nouvelle fois de nous unir chacun là où il est, en pensée, en esprit pour partager cette célébration préparée à plusieurs voix.

(Audio 1 Ouverture Pâques) (texte de Sœur Myriam proposé par Eric Callcut et lu par Léolo)

Un jour il fera grand beau. Un jour il n’y aura plus d’orage. Un jour il fera plein ciel.             Un jour il n’y aura plus de mort. Un jour vient.

Comme il nous tarde  que ce soit maintenant…

(Dominique Kauffmann)

En ce jour,  Christ est ressuscité! Il est vraiment ressuscité! Alléluia!                                        Il nous conduit de la mort à la vie. Christ est ressuscité! Il vient Maintenant. Amen Alléluia

(Audio 2 cantique 489 )

Cantique AEC 489 Christ est ressuscité

1.Christ est ressuscité ! /Cet hymne de victoire/Vers Dieu, d’un seul élan, /franchit l’immensité./Voici l’achèvement /de l’oeuvre expiatoire./Oui, tout est accompli, /Christ est ressuscité !

2.Comme lui, du tombeau/brisant la froide pierre,/Un jour, nous atteindrons/               le seuil d’éternité/Et nous irons jouir,/dans la maison du Père/d’un bonheur éternel:/Christ est ressuscité !

3.Qu’au Rédempteur vivant/ notre âme soit unie ;/Aimant de son amour, /saints de sa sainteté,/Commençons sur la terre /une nouvelle vie/En attendant les cieux : /Christ est ressuscité !

 Pour la louange Eric Callcut nous propose le psaume du jour

Psaume 118 (Audio 3 lecture Psaume 118 par Ména, San, Léolo Eric)

1 ¶  Louez l’Eternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours !

2  Qu’Israël dise : Car sa miséricorde dure à toujours !

3  Que la maison d’Aaron dise : Car sa miséricorde dure à toujours !

4  Que ceux qui craignent l’Eternel disent: Car sa miséricorde dure à toujours !

5  Du sein de la détresse j’ai invoqué l’Eternel : L’Eternel m’a exaucé, m’a mis au large.

6  L’Eternel est pour moi, je ne crains rien : Que peuvent me faire des hommes ?

7  L’Eternel est mon secours, Et je me réjouis à la vue de mes ennemis.

8  Mieux vaut chercher un refuge en l’Eternel Que de se confier à l’homme ;

9  Mieux vaut chercher un refuge en l’Eternel Que de se confier aux grands.

10  Toutes les nations m’environnaient : Au nom de l’Eternel, je les taille en pièces.

11  Elles m’environnaient, m’enveloppaient : Au nom de l’Eternel, je les taille en pièces.

12  Elles m’environnaient comme des abeilles ; Elles s’éteignent comme un feu d’épines ; Au nom de l’Eternel, je les taille en pièces.

13  Tu me poussais pour me faire tomber ; Mais l’Eternel m’a secouru.

14  L’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé.

15  Des cris de triomphe et de salut s’élèvent dans les tentes des justes : La droite de l’Eternel manifeste sa puissance !

16  La droite de l’Eternel est élevée ! La droite de l’Eternel manifeste sa puissance !

17  Je ne mourrai pas, je vivrai, Et je raconterai les œuvres de l’Eternel.

18  L’Eternel m’a châtié, Mais il ne m’a pas livré à la mort.

 

19 ¶  Ouvrez–moi les portes de la justice: J’entrerai, je louerai l’Eternel.

20  Voici la porte de l’Eternel : C’est par elle qu’entrent les justes.

21  Je te loue, parce que tu m’as exaucé, Parce que tu m’as sauvé.

22  La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle.

23  C’est de l’Eternel que cela est venu : C’est un prodige à nos yeux.

24  C’est ici la journée que l’Eternel a faite: Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie !

25  O Eternel, accorde le salut ! O Eternel, donne la prospérité !

26  Béni soit celui qui vient au nom de l’Eternel ! Nous vous bénissons de la maison de l’Eternel.

27  L’Eternel est Dieu, et il nous éclaire. Attachez la victime avec des liens, Amenez–la jusqu’aux cornes de l’autel !

28  Tu es mon Dieu, et je te louerai ; Mon Dieu ! je t’exalterai.

29  Louez l’Eternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours !

Nous poursuivons notre louange avec le Cantique AEC  118 1,4  (Audio 4 cantique 118)

1.Célébrez Dieu, rendez-lui grâce,/Car éternel est son amour./Inclinez-vous devant sa face,/Car éternel est son amour./Avec ardeur que tous s’accordent /Pour discerner de jour en jour /Les dons de sa miséricorde,/Car éternel est son amour.

4.J’entends un chant de délivrance ;/Un cri joyeux s’est élevé :/Dieu manifeste sa puissance,/Son bras vainqueur l’a emporté./S’il nous éprouve, il nous fait vivre ;/Venez tous et le célébrez./C’est de la mort qu’il me délivre ;/Je ne crains pas car je vivrai

Nous prions  (Daniel Dispa nous propose d’entrer dans la repentance)

Seigneur, l’homme créé à ton image est défiguré par l’homme.En contemplant le visage du Fils de l’homme, Ton Fils, crucifié et VIVANT PARMI NOUS, nous voulons te demander pardon.

Pardon pour toutes nos attitudes de mépris.

Pardon pour toutes nos paroles de violence.

Pardon pour toutes nos lâchetés.

Pardon pour tout ce qui retarde

la venue de ton Esprit d’amour.

Pardon pour tout le péché du monde.

Retourne le cœur de ceux qui persécutent

Pardon, Seigneur, et reste avec nous jusqu’à la fin des temps.

Amen.

Psaume 51

Lorsque le prophète Nathan alla chez David parce que celui-ci était allé chez Batchéba. Mon Dieu, toi qui es si bon, accorde-moi ta grâce ! Ta tendresse est si grande, efface mes fautes. Lave moi complètement de mes torts, et purifie-moi de mon péché.

Je t’ai désobéi, je le reconnais ; ma faute est toujours là, je la revois sans cesse.C’est contre toi seul que j’ai mal agi, j’ai fait ce que tu désapprouves. Ainsi tu as raison quand tu prononces ta sentence, tu es irréprochable quand tu rends ton jugement. Moi je fus enfanté dans la faute, dans le péché ma mère m’a conçu. Mais ce que tu aimes trouver dans le cœur d’une personne, c’est le respect de la vérité. Au plus profond de ma conscience, fais-moi connaître la sagesse.

Fais disparaître mon péché, et je serai pur ;Lave moi, et je serai plus blanc que la neige. Annonce-moi ton pardon, il m’inondera de joie. Alors je serai en fête, moi que tu as écrasé! Détourne ton regard de mes fautes, efface tous mes torts.

Mon Dieu, crée en moi un cœur pur ; renouvelle et affermis mon esprit. Ne me rejette pas loin de toi, ne me prive pas de ton Esprit saint. Rends-moi la joie d’être sauvé,que ton esprit généreux me soutienne.

À tous ceux qui te désobéissent je dirai ce que tu attends d’eux ; alors les personnes qui ont rompu avec toi reviendront à toi. Dieu, mon libérateur, délivre-moi de la mort,pour que je crie avec joie que tu es juste. Seigneur, ouvre mes lèvres, et je te louerai.

Tu ne désires pas que je t’offre un sacrifice. Même un sacrifice entièrement consumé ne te plairait pas. Mon Dieu, le sacrifice que je t’offre, c’est moi-même, avec mon orgueil brisé.Mon Dieu, ne refuse pas mon cœur complètement brisé.

Sois bien disposé pour Sion, fais-lui du bien ; rebâtis les murailles de Jérusalem. Alors tu aimeras qu’on t’offre des sacrifices justes, des sacrifices entièrement consumés ;alors on présentera des taureaux sur ton autel.

 Cantique AEC 401 1 (Audio 5 cantique 401)

Prends pitié de moi, Seigneur ; écoute ta bonté /Et que ton amour, Seigneur, efface mon péché./Lave moi de la souillure Qui salit mon cœur./Crée en moi une âme pure /Qui te fasse honneur./O mon Dieu, prends pitié de moi ;/J’ai péché contre toi.

(Parole de pardon Daniel Dispa Dominique Kauffmann)

Dieu nous connais et nous aime En Christ Il est venu partager toute chose avec nous, même la mort.

En Christ la mort est vaincue.

En ce jour, Christ est ressuscité. Il est réellement ressuscité. Et avec lui et par lui, tout homme qui croit.

Oui, Dieu nous donne son pardon, et sa paix. Dieu nous donne une vie nouvelle. Amen.

Cantique 475 AEC Mon Rédempteur est vivant 1,2 (Audio 6 Cantique 475)

1.Mon Rédempteur est vivant,/C’est en lui seul que j’espère./La mort le tenait gisant/Dans l’étreinte de la terre./Mais Dieu reste le plus fort, /Jésus a vaincu la mort.

2.Je ne craindrai désormais/Aucun pouvoir de ce monde/Car tu nous donnes ta paix/Où toute autre paix se fonde./Garde-nous dans ta clarté,/O Jésus ressuscité.

Pardonnés et libérés, écoutons ce que le Christ nous dit:

Je vous donne un commandement nouveau : Aimez–vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez–vous les uns les autres.

Et l’apôtre Paul nous enseigne : (1 Corinthiens 13)

4 ¶ L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, 5 il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal, 6 il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité ; 7 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

Cantique 475 AEC,3 (Audio 6 Cantique 475)

3.Dans ma vie de chaque jour,/Je partagerai ta gloire ;/Je vivrai dans ton amour/Le bonheur de ta victoire/Et dans ton éternité,/Nous chanterons ta beauté.

Prière avant de lire les écritures proposées par Dominique Kauffmann

Notre Dieu, notre Père, nous allons lire et méditer les écritures. Envoie ton Saint Esprit sur ceux qui parlent sur ceux qui écoutent.

Aide-nous à recevoir ta Parole, cette Parole unique que tu as pour chacun de nous, pour nous ressusciter maintenant, pour nous donner un véritable enthousiasme de vivre, pour remplir aussi nos cœurs de ton amour. Amen

Lecture

Actes 10,34-43 TOB

34 ¶  Alors Pierre ouvrit la bouche et dit : « Je me rends compte en vérité que Dieu est impartial, 35  et qu’en toute nation, quiconque le craint et pratique la justice trouve accueil auprès de lui. 36  Son message, il l’a envoyé aux Israélites : la bonne nouvelle de la paix par Jésus Christ, lui qui est le Seigneur de tous les hommes. 37  »Vous le savez. L’événement a gagné la Judée entière ; il a commencé par la Galilée, après le baptême que proclamait Jean ; 38  ce Jésus issu de Nazareth, vous savez comment Dieu lui a conféré l’onction d’Esprit Saint et de puissance ; il est passé partout en bienfaiteur, il guérissait tous ceux que le diable tenait asservis, car Dieu était avec lui. 39  « Et nous autres sommes témoins de toute son œuvre sur le territoire des Juifs comme à Jérusalem. Lui qu’ils ont supprimé en le pendant au bois, 40  Dieu l’a ressuscité le troisième jour, et il lui a donné de manifester sa présence, 41  non pas au peuple en général, mais bien à des témoins nommés d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé avec lui et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. 42  Enfin, il nous a prescrit de proclamer au peuple et de porter ce témoignage : c’est lui que Dieu a désigné comme juge des vivants et des morts ; 43  c’est à lui que tous les prophètes rendent le témoignage que voici : le pardon des péchés est accordé par son Nom à quiconque met en lui sa foi. »

Epître de Paul aux Colossiens 3,1-4 (TOB)

1 ¶  Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez ce qui est en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu ; 2  c’est en haut qu’est votre but, non sur la terre. 3  Vous êtes morts, en effet, et votre vie est cachée avec le Christ, en Dieu. 4  Quand le Christ, votre vie, paraîtra, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire. 

Evangile selon Matthieu28,1-10

1 ¶  Après le sabbat, au commencement du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent voir le sépulcre. 2  Et voilà qu’il se fit un grand tremblement de terre : l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. 3  Il avait l’aspect de l’éclair et son vêtement était blanc comme neige. 4  Dans la crainte qu’ils en eurent, les gardes furent bouleversés et devinrent comme morts. 5  Mais l’ange prit la parole et dit aux femmes : « Soyez sans crainte, vous. Je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. 6  Il n’est pas ici, car il est ressuscité comme il l’avait dit ; venez voir l’endroit où il gisait. 7  Puis, vite, allez dire à ses disciples : Il est ressuscité des morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. Voilà, je vous l’ai dit. » 8  Quittant vite le tombeau, avec crainte et grande joie, elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. 9  Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent de lui et lui saisirent les pieds en se prosternant devant lui.10  Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte. Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

 Méditation du Pr Christiane Lecarpentier Nyangono pour Pâques 2020 portant sur l’évangile selon Matthieu  28, 1-10 :

Christ est ressuscité, alléluia ! Il est vraiment ressuscité Alléluia§

Joie même au cœur du confinement.

Les autres évangiles nous montrent comme dernier tableau avant la résurrection, les proches de Jésus désemparés et se préparant à revenir pour l’embaumer, mais l’évangile de Matthieu intercale un tableau avec mise en place de la surveillance du sépulcre par des gardes. Il fait de l’épisode du tombeau vide un récit particulièrement chargé de détails miraculeux (tremblement de terre etc…). En plus de produire du merveilleux afin de faire écho aux grands évènements du 1er Testament, tout cela met au défi tous les opposants de Jésus. Que penser de tout cela, et surtout quelle conclusion en tirer pour nos vies ?

Mais revivons un peu ce jour mémorable en 6 tableaux. Observons les attitudes des différents intervenants dans le texte.

 1ertableau : les ennemis de Jésus disent que, pour faire croire à l’avènement du règne de Jésus, les disciples du Nazaréen appelé Jésus, vont tenter de simuler une résurrection en dérobant le corps de leur Maître. Ce sont eux qui demandent qu’il y ait une garde rapprochée et prolongée. Pour toutes les autorités politiques et surtout religieuses, il ne fallait donner aucune chance à cette histoire de résurrection, les remous seraient pire que lors de l’entrée de Jésus à Jérusalem ; et surtout il deviendrait à jamais, le Messie du nouveau règne de Dieu…

 2ème tableau : les femmes. Elles viennent pour embaumer le corps de Jésus, pour accomplir un rite mortuaire, un rite de conservation, un rite de souvenir déjà…parce qu’embaumer, c’est figer une apparence, un souvenir ; c’est faire un nid aux regrets, à la nostalgie, aux remords, à tous les traumatismes possibles en pareille situation pour tous ces témoins oculaires ou auriculaires de sa passion. Heureusement pour nous, lorsqu’elles arrivent au tombeau, le corps n’est plus là et ne peut être embaumé ; elles ne peuvent faire de Jésus un souvenir, une pièce de musée. Cette démarche des femmes nous interpelle aujourd’hui. Voulons-nous, depuis nos lieux de confinement respectifs, embaumer, inaugurer le mémorial d’un grand événement passé, ou alors sommes-nous là pour manifester notre communion à l’espérance en marche de la résurrection? Pâques est-il pour nous un mémorial identitaire, une obligation imposée par une quelconque tradition ? Ou alors, est-ce le jour symbole d’une foi vivante, d’une espérance actuelle et quotidiennement déclarée, même en ces temps difficiles? Ce jour de résurrection de Jésus est nôtre et Luther disait : Lorsque nous entendons ‘’Christ est ressuscité’’, répondons « Et moi avec ! ». Si nous pensons que Pâques est un événement trop loin dans le temps, l’espace, trop haut, alors la résurrection demeure celle du seul Fils de Dieu, le Christ. Mais si nous accueillons, habitons et faisons rayonner cet événement dans le quotidien de notre vie, alors la résurrection est aussi celle du Fils de l’homme, Jésus de Nazareth, et elle nous sauve, nous. L’évènement de Pâques est un accomplissement, et un commencement, il englobe toute notre existence, notre foi ne peut être un mémorial, ce tombeau vide là, n’est pas un lieu du souvenir.

3ème tableau : l’ange : brillant comme un éclair, il descend du ciel faire rouler la pierre et s’asseoir dessus. Il annonce l’avènement, la survenue d’une nouveauté; de l’inouï à savoir Dieu résolument humain et désormais avec les hommes. L’accomplissement de l’homme nouveau, l’homme libéré de la mort par le Christ, c’est-à-dire l’humanité délivrée de la résignation au néant, à l’insensé d’une vie condamnée à mort. Ainsi, les deux pôles de l’existence humaine sont visités par l’amour de Dieu : notre naissance comme notre mort ont été visitées par le vivant, l’Eternel qui s’est totalement uni à notre réalité, afin que notre conscience ne se résigne pas à la fatalité la mort étant désormais vaincue. Une vie appelée à suivre le Christ vivant, à voir désormais le monde comme la promesse du royaume et à jouir de cette nouveauté. Tout est nouveau, plus besoin d’intermédiaire ; tous les hommes, en Jésus-Christ, sont désormais appelés à être, les uns pour les autres, des anges et des prophètes de l’Evangile, resplendissants du témoignage de la parole de vie, de l’humanité ressuscitée de Dieu, espérance pour tous les hommes transfigurés, pour tous les frères et sœurs du Christ.

 4ème tableau : les gardes. Ils sont aux premières loges. Malheureusement, tout leur échappe, contrairement à d’autres hommes en tenue qui eux, étaient présents lors du tremblement de terre ayant accompagné la mort du Christ. Ces derniers, saisis, eurent une belle confession de foi résumée en ces mots : «celui-ci était vraiment Fils de Dieu » (Mt 27,54) ; Ils étaient restés attentifs à tout, même à l’irruption d’une autre dimension dans leurs vies. Par contre les gardes de la résurrection qui étaient là pour surveiller le mort ont une attitude différente. Le texte nous dit : «les gardes tremblèrent de peur et furent comme morts » (v4). Leur mission mobilisait toute leur attention ; il a suffi de l’irruption d’un élément perturbateur pour que la mission soit perturbée et qu’ils soient hors-service. Ces gardes représentent tous les pouvoirs occultes qui s’évertuent à empêcher la réalisation du plan de Dieu.

5ème Tableau : Jésus alors que les femmes, premiers témoins, partagées entre grosse joie et crainte, pressent le pas pour annoncer la bonne nouvelle aux disciples absents, voici que Jésus apparaît et leur dit : « n’ayez pas peur ; allez dire à mes frères…» (v10). Encouragement et envoi en mission. Tout a été accompli le vendredi saint, plus jamais aucun humain ne sera sacrifié. Il ne sera plus demandé à l’humain de faire des acrobaties pour mériter son ciel, d’avoir une foi qui fait ses preuves ou qui culpabilise de ne pas pouvoir en faire. Aucun chemin de foi du croyant ne doit être transformé en parcours du combattant, fait d’épreuves et pétri de mérites. C’est à lui seul que revient le mérite. L’apparition de Jésus fait survenir l’inattendu, Il n’y a pas que ce qui a été vu ou entendu, il y’a aussi l’expérience de la rencontre, une rencontre toujours nouvelle pour chacun.

6ème Tableau : Nous  Frères et sœurs, l’événement essentiel qui fonde notre foi et notre ministère de chrétien, se trouve dans cette phrase : « Il est ressuscité » ! Des mots qui ont retourné le monde et changé le cours de l’histoire,  de notre histoire ; des mots qui pour nous aujourd’hui, révèlent et résument toute l’espérance pour le monde. Surtout dans cette période difficile que nous subissons. « Il n’est pas ici », nous est-il dit, il est déjà au-delà, plus loin ; il marche devant nous, comme avec ses disciples sur les routes de Galilée. C’est pourquoi en Jésus-Christ est notre espérance, l’espérance des choses à venir, des choses plus loin.  La promesse faite aux pères a été accomplie, et cette promesse se révèle comme un appel, à se redresser et à suivre le Ressuscité hors du tombeau. Tout a été accompli par lui avec la passion, et tout commence à Pâques…

La foi chrétienne ne consiste pas à cultiver le culte du souvenir mais à rencontrer le Seigneur vivant aujourd’hui et à le faire connaître à tous ceux qui cherchent la délivrance. La foi au Ressuscité, c’est une vie déjà changée, même si nous ne  comprenons pas encore tout, nous devons chercher Jésus du côté de la vie. Il n’est plus dans la tombe, mais il est ressuscité. Et si Jésus-Christ a vaincu la mort au matin de Pâques, c’est précisément pour que nous ayons, vous et moi, la conviction que sa victoire sur la puissance du mal invite à une conversion quotidienne, à un passage de la mort à la vie,  de l’obscurité à la lumière.

Christ est ressuscité Alléluia! Il est vraiment ressuscité! Alléluia  Amen.

Nous pouvons affirmer notre foi avec cette confession de l’Eglise unie du Canada. Elle est proposée par Pierre Antoine Maignier

Nous ne sommes pas seuls, nous vivons dans le monde que Dieu a créé.

Nous croyons en Dieu qui a créé et qui continue de créer, qui est venu en Jésus, Parole faite chair, pour réconcilier et renouveler, qui travaille en nous et parmi nous par son Esprit.Nous avons confiance en Lui.

Nous sommes appelés à constituer l’Eglise pour célébrer la présence de Dieu, pour vivre avec respect dans la création, pour aimer et servir les autres, pour rechercher la justice et résister au mal, pour proclamer Jésus, crucifié et ressuscité, notre juge et notre espérance.

Dans la vie, dans la mort, dans la vie au-delà de la mort, Dieu est avec nous. Nous ne sommes pas seuls. Grâces soient rendues à Dieu.

Cantique AEC 500 Victoire au Seigneur de la vie (Audio 7 Cantique 500)

1.Victoire au Seigneur de la vie,/Victoire au Dieu de l’infini,/Victoire au nom de Jésus-Christ,/Victoire pour le Saint-Esprit.

Le règne est pour le Tout-puissant,/Le règne à lui dans tous les temps,/Car l’Agneau a donné son sang/Qui crie victoire maintenant.

3.Son nom est Parole de Dieu,/Il vit et règne dans les cieux,/Il est le lion de Juda/Qui a triomphé du combat.

Christiane Lecarpentier Nyangono  nous invite à la prière

Notre Dieu, notre Père, nous te remercions d’avoir permis que nous puissions vivre cette semaine sainte en plein confinement, dans une certaine communion les uns avec les autres.

Il y a encore quelque mois, nous projetions de nous retrouver au temple, pour ce culte qui réunit beaucoup de membres de notre communauté, mais les choses se passent  autrement. Certains sont tentés de penser que c’est peut-être de toi que provient cette pandémie et toute la vallée de larmes dans laquelle nous sommes souvent convoqués en entendant les nouvelles tristes d’ici et d’ailleurs.

Mais nous le savons, nous avons tellement malmené la planète, tellement perturbé les animaux dans leur environnement, que cela nous revient comme un effet de boomerang.

Nous te prions d’accompagner les malades,  de consoler les familles éprouvées, ainsi que ceux qui les accompagnent.

Nous te prions de nous assister et d’inspirer tous ceux qui gèrent cette crise dans les hôpitaux, les EHPAD, les chercheurs, les décideurs politiques ; pour tous ceux qui, au deuxième ou troisième rang, continuent de travailler afin d’appuyer les soignants, ou de limiter  les dégâts économiques.

En ce jour de Pâques, redis-nous Seigneur, que les choses difficiles que nous vivons ou subissons ne peuvent pas avoir le dernier mot. Qu’à partir de toute situation, même bloquée, la possibilité de repartir et de recommencer nous est donnée par le secret de ta puissance d’amour, qui trouve des solutions neuves et casse les fatalités .

Oui Seigneur, avec toi, aucun destin n’est assez bouclé qu’il ne puisse être ouvert à nouveau, quels que soient les doutes qui nous assaillent et nous plongent dans la nuit aujourd’hui.

Pâques est toujours pour tous ceux qui croient, cette lumière qui nous redonne toute liberté, toute dignité, toute espérance, toute confiance. Aide-nous à la saisir pour notre vie et à soutenir tous ceux et celles qui ont besoin de nous.

C’est avec confiance dans ton amour pour nous et pour ce monde malmené que nous te disons ensemble :

Notre Père qui es aux cieux,que ton nom soit sanctifié,que ton règne vienne,que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

L’exhortation et la bénédiction sont proposées par Pierre Gérard (Audio 8 Envoi bénédiction)

Vous êtes ressuscités avec le Christ : attachez-vous aux choses qui sont en haut et non à celles qui sont sur la terre; car vous êtes morts et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. Que votre cœur revienne à la vie pour toujours.

Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts notre Seigneur Jésus, vous rende capables de toute bonne œuvre, pour l’accomplissement de sa volonté, opérant en vous ce qui lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles. Amen.

Cantique AEC 471. A toi la gloire (Audio 9 Cantique 471)

1.A toi la gloire,/O ressuscité !/A toi la victoire/Pour l’éternité./Brillant de lumière,/L’ange est descendu ;/Il roule la pierre/Du tombeau vaincu.

A toi la gloire,/O ressuscité !A toi la victoire/Pour l’éternité.

Vois-le paraître :/C’est lui, c’est Jésus,/Ton Sauveur, ton Maître ;/Oh ! ne doute plus! /Sois dans l’allégresse,/Peuple du Seigneur,/Et redis sans cesse/Que Christ est vainqueur.

A toi la gloire,/O ressuscité !/A toi la victoire/Pour l’éternité.

3.Craindrais-je encore ?/Il vit à jamais,/Celui que j’adore,/Le prince de paix./Il est ma victoire,/Mon puissant soutien,/Ma vie et ma gloire :/Non, je ne crains rien.

A toi la gloire,/O ressuscité /!A toi la victoire/Pour l’éternité.

Publié dans Cultes, Tout | Laisser un commentaire

Lecture et méditation pour le Vendredi Saint 10 avril 2020

EPUdF Courseulles Côte de Nacre  10.04.2020 (Daniel et marie Françoise Dispa)

Pour ce vendredi saint de confinement, je vous propose une lecture complète des deux  chapitres selon Matthieu ch 26,1 – 27,66.

Accueil :    Dieu accompagne chacun de nos pas et dépose en notre cœur sa grâce, sa miséricorde et sa paix pour nous donner de vivre ce temps en confiance.

Chantons ensemble le cantique 212 «  Seigneur tu nous appelles »Audio 212

Ref.Seigneur, tu nous appelles

Et nous allons vers toi.

Ta bonne nouvelle nous met le cœur en joie.

Ta bonne nouvelle nous met le cœur en joie.

1.Nous marchons vers ton autel

Où nous attend ton pardon.

Répondant à ton appel,

Nous louons ton nom.

  1. Le long des heures et des jours

Nous vivons bien loin de toi.

Donne-nous, Seigneur, l’amour ;

Donne-nous la joie.3.

3.Donne-nous de partager

La foi qui est dans nos cœurs

Et fais-nous, par ta bonté,

Devenir meilleurs

Prions : Père, nous approchons de toi dans l’humilité et la repentance, pour vivre ensemble l’arrestation, la condamnation et la mort de notre Seigneur. Guide-nous sur le chemin et révèle-nous la profondeur de ton amour. O Dieu, affermis notre foi, aide-nous à être de plus fidèles témoins de ta grâce, au nom de ton Fils, Jésus-Christ, notre Seigneur.

Les chefs complotent contre Jésus. Nous connaissons tous ce passage qui marque, ce soir notre entrée, dans l’écoute et la méditation de l’évangile selon Matthieu..

Ch 26,v1 Quand Jésus eut achevé toutes ces instructions, il dit à ses disciples : 2« Vous savez que la fête de la Pâque aura lieu dans deux jours : le Fils de l’homme va être livré pour être cloué sur une croix. » 3Alors les chefs des prêtres et les anciens du peuple juif se réunirent dans le palais de Caïphe, le grand-prêtre ; 4ils prirent ensemble la décision d’arrêter Jésus en cachette et de le mettre à mort. 5Ils disaient : « Nous ne devons pas l’arrêter pendant la fête, sinon le peuple va se soulever. »

Ils prirent ensemble la décision d’arrêter Jésus en cachette.

Aujourd’hui aussi nous avons des décisions à prendre, Comment les prenons nous? Seul, ou en dialogue avec d’autre? Quel est l’objectif? Pour nos propres intérêts ou celui du plus grand nombre? Mettons-nous Jésus aux cœurs de nos décisions?…. ….

Nous connaissons ce passage de l’onction par une femme sur la tête de Jésus; voyons où cela se passe : chez Simon, le lépreux (personnage propre à Matthieu). Notons aussi la réaction des disciples.

6 Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux. 7Une femme s’approcha de lui avec un flacon d’albâtre plein d’un parfum de grande valeur : elle versa ce parfum sur la tête de Jésus pendant qu’il était à table. 8Quand les disciples virent cela, ils furent indignés et dirent : « Pourquoi ce gaspillage ? 9On aurait pu vendre ce parfum très cher et donner l’argent aux pauvres ! » 10Jésus se rendit compte qu’ils parlaient ainsi et leur dit : « Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Ce qu’elle a accompli pour moi est beau. 11Car vous aurez toujours des pauvres avec vous ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours avec vous. 12Elle a répandu ce parfum sur mon corps afin de me préparer pour le tombeau. 13Je vous le déclare, c’est la vérité : partout où l’on annoncera cette Bonne Nouvelle, dans le monde entier, on racontera ce que cette femme a fait, et l’on se souviendra d’elle. »

Une femme non identifiée, et pourtant Jésus dit que là où on annoncera l’évangile, on racontera ce que cette femme a fait. La gratuité est difficile à accepter! Il est difficile de changer son regard, son comportement.

Qu’elles sont nos références, sur quoi faut-il que nous nous appuyons.…. ….

Matthieu passe directement à la trahison d’un des disciples. Un homme, Judas, membre des douze qui avait leur confiance car il tenait la bourse va trahir. Ici Jésus est livré pour le prix d’un esclave.

14Alors un des douze disciples, appelé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres 15et leur dit : « Que me donnerez-vous si je vous livre Jésus ? » Ceux-ci comptèrent trente pièces d’argent qu’ils lui remirent. 16A partir de ce moment, Judas se mit à chercher une occasion favorable pour leur livrer Jésus.

Nous avons un horrible marchandage : «que voulez-vous me donner ? ». La valeur de la vie de Jésus est, ici, comparable à celle d’un esclave !Dans nos vies, tout doit-il être monnayé ?  Quelle valeur a le message du Christ ?…. ….

Les disciples veulent respecter les rites et demandent où préparer le repas de Pâque. Jésus annonce la trahison de l’un d’entre eux.

17Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent demander à Jésus : « Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ? » 18Jésus leur dit alors : « Allez à la ville chez un tel et dites-lui : “Le Maître déclare : Mon heure est arrivée ; c’est chez toi que je célébrerai la Pâque avec mes disciples.”  » 19Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné et préparèrent le repas de la Pâque.

20Quand le soir fut venu, Jésus se mit à table avec les douze disciples. 21Pendant qu’ils mangeaient, Jésus dit : « Je vous le déclare, c’est la vérité : l’un de vous me trahira. » 22Les disciples en furent profondément attristés et se mirent à lui demander l’un après l’autre : « Ce n’est pas moi, n’est-ce pas, Seigneur ? » 23Jésus répondit : « Celui qui a trempé avec moi son pain dans le plat, c’est lui qui me trahira. 24Le Fils de l’homme va mourir comme les Écritures l’annoncent à son sujet ; mais quel malheur pour celui qui trahit le Fils de l’homme ! Il aurait mieux valu pour cet homme-là ne pas naître ! » 25Judas, celui qui le trahissait, prit la parole et demanda : « Ce n’est pas moi, n’est-ce pas, Maître ? » Jésus lui répondit : « C’est toi qui le dis. »

26Pendant le repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et le donna à ses disciples ; il leur dit : « Prenez et mangez ceci, c’est mon corps. » 27Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna en disant : « Buvez-en tous, 28car ceci est mon sang, le sang qui garantit l’alliance de Dieu et qui est versé pour une multitude de gens, pour le pardon des péchés. 29Je vous le déclare : dès maintenant, je ne boirai plus de ce vin jusqu’au jour où je boirai avec vous le vin nouveau dans le Royaume de mon Père. » 30Ils chantèrent ensuite les psaumes de la fête, puis ils s’en allèrent au mont des Oliviers.

Judas participe à ce dernier repas, Il n’est pas rejeté par Jésus. Nous aussi, nous avons nos propres trahisons, mais Dieu ne nous rejette pas de son amour. Acceptons-nous humblement de reconnaitre nos erreurs? Sommes-nous prêts à les admettre et à retourner vers le Père? Ou restons-nous têtus, coincés, dans notre fierté ?  Dans notre honte ?  Dans notre certitude ?…. ….

Après la trahison de Judas, nous avons l’annonce que Pierre reniera Jésus.

31Alors Jésus dit à ses disciples : « Cette nuit même, vous allez tous m’abandonner, car on lit dans les Écritures : “Je tuerai le berger, et les moutons du troupeau partiront de tous côtés.” 32Mais, ajouta Jésus, quand je serai de nouveau vivant, j’irai vous attendre en Galilée. » 33Pierre prit la parole et lui dit : « Même si tous les autres t’abandonnent, moi je ne t’abandonnerai jamais. » 34Jésus lui répondit : « Je te le déclare, c’est la vérité : cette nuit même, avant que le coq chante, tu auras prétendu trois fois ne pas me connaître. » 35Pierre lui dit : « Je ne prétendrai jamais que je ne te connais pas, même si je dois mourir avec toi. » Et tous les autres disciples dirent la même chose.

Les disciples étaient aux premières loges, ils ont reçu un enseignement privilégié.Certains disciples  abandonnent, trahissent, renient. Jésus ne les condamne pas. L’amour de Dieu est toujours là. En sommes-nous convaincu ?…. ….

Jésus prie à Gethsémani. Les trois disciples ont du mal à rester éveillés et à prier avec Jésus.

36Alors Jésus arriva avec ses disciples à un endroit appelé Gethsémani et il leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier. » 37Puis il emmena avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée. Il commença à ressentir de la tristesse et de l’angoisse. 38 Il leur dit alors : « Mon cœur est plein d’une tristesse mortelle ; restez ici et veillez avec moi. » 39Il alla un peu plus loin, se jeta le visage contre terre et pria en ces termes : « Mon Père, si c’est possible, éloigne de moi cette coupe de douleur. Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. » 40Il revint ensuite vers les trois disciples et les trouva endormis. Il dit à Pierre : « Ainsi vous n’avez pas été capables de veiller avec moi même une heure ? 41Restez éveillés et priez pour ne pas tomber dans la tentation. L’être humain est plein de bonne volonté, mais il est faible. »

42Il s’éloigna une deuxième fois et pria en ces termes : « Mon Père, si cette coupe ne peut pas être enlevée sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! » 43Il revint encore auprès de ses disciples et les trouva endormis ; ils ne pouvaient pas garder les yeux ouverts. 44Jésus les quitta de nouveau, s’éloigna et pria pour la troisième fois en répétant les mêmes paroles. 45Puis il revint auprès des disciples et leur dit : « Vous dormez encore et vous vous reposez ? Maintenant, l’heure est arrivée et le Fils de l’homme va être livré entre les mains des pécheurs. 46Levez-vous, allons-y ! Voyez, l’homme qui me livre à eux est ici ! »

Avant tous les moments importants, dans la vie de Jésus, il y a un temps de prière. Aujourd’hui, dans nos vies bousculées, posons-nous la question de la place que prend la prière ?  ou prenons -nous le temps , ce temps de confinement comme une chance pour redécouvrir la prière?

Prions : Seigneur et Sauveur, toi que certains de  tes disciples ont abandonné, renié ou trahi, sans même pouvoir veiller une heure avec toi, pardonne-nous nos abandons, nos reniements, nos trahissons. Et qu’en veillant toujours avec toi dans la foi, l’obéissance et la prière, tu nous trouves prêts le jour de ton retour.…. ….

L’arrestation de Jésus, les disciples qui l’accompagnaient s’enfuient.

47Jésus parlait encore quand arriva Judas, l’un des douze disciples. Il y avait avec lui une foule nombreuse de gens armés d’épées et de bâtons. Ils étaient envoyés par les chefs des prêtres et les anciens du peuple juif. 48 Judas, celui qui leur livrait Jésus, avait indiqué à cette foule le signe qu’il utiliserait : « L’homme que j’embrasserai, c’est lui. Saisissez-le. » 49Judas s’approcha immédiatement de Jésus et lui dit : « Salut, Maître ! » Puis il l’embrassa. 50Jésus lui répondit : « Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le vite. » Alors les autres s’approchèrent, mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent. 51Un de ceux qui étaient avec Jésus tira son épée, frappa le serviteur du grand-prêtre et lui coupa l’oreille. 52Jésus lui dit alors : « Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. 53Ne sais-tu pas que je pourrais appeler mon Père à l’aide et qu’aussitôt il m’enverrait plus de douze armées d’anges ? 54Mais, en ce cas, comment se réaliseraient les Écritures ? Elles déclarent, en effet, que cela doit se passer ainsi. »

55Puis Jésus dit à la foule : « Deviez-vous venir armés d’épées et de bâtons pour me prendre, comme si j’étais un brigand ? Tous les jours, j’étais assis dans le temple pour y enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. 56Mais tout cela est arrivé pour que se réalisent les paroles des prophètes contenues dans les Écritures. » Alors tous les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent.

Alors que tous les disciples présents l’abandonnent, et malgré leurs bonnes intentions, ils  s’enfuirent.Comme il est difficile, pour nous, de conserver notre ligne de conduite lorsque la peur de la mort frappe à notre porte.Confrontés à la violence, répondons-nous aussi à la violence ?  Malgré la peur et le danger, la violence, sommes-nous prêts à suivre le Christ?…. ….

Jésus est devant le Conseil supérieur qui est nommé ailleurs: Sanhédrin.

57Ceux qui avaient arrêté Jésus l’emmenèrent chez Caïphe, le grand-prêtre, où les maîtres de la loi et les anciens étaient assemblés. 58Pierre suivit Jésus de loin, jusqu’à la cour de la maison du grand-prêtre. Il entra dans la cour et s’assit avec les gardes pour voir comment cela finirait.

59Les chefs des prêtres et tout le Conseil supérieur cherchaient une accusation, même fausse, contre Jésus pour le condamner à mort ; 60mais ils n’en trouvèrent pas, quoique beaucoup de gens fussent venus déposer de fausses accusations contre lui. Finalement, deux hommes se présentèrent 61et dirent : « Cet homme a déclaré : “Je peux détruire le temple de Dieu et le rebâtir en trois jours.”  » 62Le grand-prêtre se leva et dit à Jésus : « Ne réponds-tu rien à ce que ces gens disent contre toi ? » 63Mais Jésus se taisait. Le grand-prêtre lui dit alors : « Au nom du Dieu vivant, je te demande de nous répondre sous serment : es-tu le Messie, le Fils de Dieu ? » 64Jésus lui répondit : « C’est toi qui le dis. Mais je vous le déclare : dès maintenant vous verrez le Fils de l’homme siégeant à la droite du Dieu puissant ; vous le verrez aussi venir sur les nuages du ciel. » 65Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements et dit : « Il a fait insulte à Dieu ! Nous n’avons plus besoin de témoins ! Vous venez d’entendre cette insulte faite à Dieu. 66Qu’en pensez-vous ? » Ils répondirent : « Il est coupable et mérite la mort. » 67Puis ils lui crachèrent au visage et le frappèrent à coups de poing ; certains lui donnèrent des gifles 68en disant : « Devine, toi le Messie, dis-nous qui t’a frappé ! »

Ils ne trouvent pas de motif d’accusation, malgré l’appel à de faux témoignages. C’est ainsi que nous arrivons à l’essentiel  Jésus fils de Dieu. Qu’est-ce que cela nous dit aujourd’hui ?Dans des circonstances chargées de haines, de violences, savons-nous discerner ce qui vient de Dieu?Restons-nous aveugle et prisonniers de nos certitudes, où laissons-nous bousculer  par l’inconnu. Pouvons-nous sortir de notre confort ?  Acceptons-nous d’être remis en question ?…. ….

Tout de suite après cette affirmation essentielle de l’annonce de Jésus Fils de Dieu, nous avons le reniement de Pierre.

69Pierre était assis dehors, dans la cour. Une servante s’approcha de lui et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus, cet homme de Galilée. » 70Mais il le nia devant tout le monde en déclarant : « Je ne sais pas ce que tu veux dire. » 71Puis il s’en alla vers la porte de la cour. Une autre servante le vit et dit à ceux qui étaient là : « Celui-ci était avec Jésus de Nazareth. » 72Et Pierre le nia de nouveau en déclarant : « Je jure que je ne connais pas cet homme. » . 73Peu après, ceux qui étaient là s’approchèrent de Pierre et lui dirent : « Certainement, tu es l’un d’eux : ton accent révèle d’où tu viens. » 74Alors Pierre s’écria : « Que Dieu me punisse si je mens ! Je le jure, je ne connais pas cet homme ! » A ce moment même, un coq chanta, 75et Pierre se rappela ce que Jésus lui avait dit : « Avant que le coq chante, tu auras prétendu trois fois ne pas me connaître. » Il sortit et pleura amèrement.

Le texte enchaîne les situations : annonce de Jésus fils de Dieu jusqu’au reniement de Pierre.Dans nos vies nous aussi, bousculés et pressés, savons-nous conserver une ligne de conduite ?Pierre n’avait pas réfléchit  et intégré quelles étaient ses limites humaines. Il n’était que pulsions. Élan d’amour et d’amitiés envers Jésus et promesse sincère. Puis trahison et reniement par honte, par peur de la mort. Combien de fois « sauvons nous notre peau » en réfutant des propos tenus par peur du qu’en dira-t-on ? Peur des ont-dit, peur d’être exclus d’un groupe.Pour éviter les conflits, ne cherchons nous  pas parfois la facilité plutôt que de réfléchir à la manière de poser le problème  pour clarifier les choses et être soi-même.…. ….

Après avoir été présenté au pouvoir religieux, Jésus comparé devant le pouvoir politique. Le texte de la comparution de Jésus, sera coupé par les remords et la mort de Judas.

Ch 27,v1 Tôt le matin, tous les chefs des prêtres et les anciens du peuple juif prirent ensemble la décision de faire mourir Jésus. 2Ils le firent ligoter, l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate, le gouverneur romain. 3Judas, celui qui l’avait trahi, apprit que Jésus avait été condamné. Il fut alors pris de remords et rapporta les trente pièces d’argent aux chefs des prêtres et aux anciens. 4Il leur dit : « Je suis coupable, j’ai livré un innocent à la mort ! » Mais ils lui répondirent : « Cela nous est égal ! C’est ton affaire ! » 5Judas jeta l’argent dans le temple et partit ; puis il alla se pendre. 6Les chefs des prêtres ramassèrent l’argent et dirent : « Notre loi ne permet pas de verser cet argent dans le trésor du temple, car c’est le prix du sang. » 7Après s’être mis d’accord, ils achetèrent avec cette somme le champ du potier pour y établir un cimetière d’étrangers. 8C’est pourquoi ce champ s’est appelé « champ du sang » jusqu’à ce jour. 9Alors se réalisèrent ces paroles du prophète Jérémie : « Ils prirent les trente pièces d’argent — le prix auquel les Israélites l’avaient estimé — 10et les employèrent pour acheter le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait ordonné. »

11Jésus comparut devant le gouverneur qui l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus répondit : « Tu le dis. » 12Ensuite, lorsque les chefs des prêtres et les anciens l’accusèrent, il ne répondit rien. 13Pilate lui dit alors : « N’entends-tu pas toutes les accusations qu’ils portent contre toi ? » 14Mais Jésus ne lui répondit sur aucun point, de sorte que le gouverneur était profondément étonné.

15A chaque fête de la Pâque, le gouverneur avait l’habitude de libérer un prisonnier, celui que la foule voulait. 16Or, il y avait à ce moment-là un prisonnier célèbre appelé Jésus Barabbas. 17Pilate demanda donc à la foule assemblée : « Qui voulez-vous que je vous libère : Jésus Barabbas ou Jésus appelé Christ ? » 18Pilate savait bien, en effet, qu’ils lui avaient livré Jésus par jalousie. 19Pendant que Pilate siégeait au tribunal, sa femme lui envoya ce message : « N’aie rien à faire avec cet homme innocent car, cette nuit, j’ai beaucoup souffert en rêve à cause de lui. »

20Les chefs des prêtres et les anciens persuadèrent la foule de demander la libération de Barabbas et la mise à mort de Jésus. 21Le gouverneur reprit la parole pour leur demander : « Lequel des deux voulez-vous que je vous libère ? » — « Barabbas ! » lui répondirent-ils. 22« Que ferai-je donc de Jésus appelé Christ ? » leur demanda Pilate. Tous répondirent : « Cloue-le sur une croix ! » — 23« Quel mal a-t-il donc commis ? » demanda Pilate. Mais ils se mirent à crier de toutes leurs forces : « Cloue-le sur une croix ! » 24Quand Pilate vit qu’il n’arrivait à rien, mais que l’agitation augmentait, il prit de l’eau, se lava les mains devant la foule et dit : « Je ne suis pas responsable de la mort de cet homme ! C’est votre affaire ! » 25Toute la foule répondit : « Que les conséquences de sa mort retombent sur nous et sur nos enfants ! » 26Alors Pilate leur libéra Barabbas ; il fit frapper Jésus à coups de fouet et le livra pour qu’on le cloue sur une croix.

27Les soldats de Pilate emmenèrent Jésus dans le palais du gouverneur et toute la troupe se rassembla autour de lui. 28Ils lui enlevèrent ses vêtements et le revêtirent d’un manteau rouge. 29Puis ils tressèrent une couronne avec des branches épineuses, la posèrent sur sa tête et placèrent un roseau dans sa main droite. Ils se mirent ensuite à genoux devant lui et se moquèrent de lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! » 30Ils crachaient sur lui et prenaient le roseau pour le frapper sur la tête. 31Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau, lui remirent ses vêtements et l’emmenèrent pour le clouer sur une croix.

Pilate n’ose affronter la foule qui est manipulé par des meneurs. Savons-nous rester indépendants dans les grandes décisions que nous prenons ?…. ….

Jésus est emmené au mont Golgotha, avant d’être cloué sur la croix

32En sortant de la ville, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, appelé Simon ; les soldats l’obligèrent à porter la croix de Jésus. 33Ils arrivèrent à un endroit appelé Golgotha, ce qui signifie « Le lieu du Crâne ». 34Et là, ils donnèrent à boire à Jésus du vin mélangé avec une drogue amère ; après l’avoir goûté, il ne voulut pas en boire. 35Ils le clouèrent sur la croix et se partagèrent ses vêtements en tirant au sort. 36Puis ils s’assirent là pour le garder. 37Au-dessus de sa tête, ils placèrent une inscription qui indiquait la raison de sa condamnation : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. » 38Deux brigands furent alors cloués sur des croix à côté de Jésus, l’un à sa droite et l’autre à sa gauche.

39Les passants l’insultaient en hochant la tête ; 40ils lui disaient : « Toi qui voulais détruire le temple et en bâtir un autre en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es le Fils de Dieu, et descends de la croix ! » 41De même, les chefs des prêtres, les maîtres de la loi et les anciens se moquaient de lui et disaient : 42« Il a sauvé d’autres gens, mais il ne peut pas se sauver lui-même ! Il est le roi d’Israël ? Qu’il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui. 43Il a mis sa confiance en Dieu et a déclaré : “Je suis le Fils de Dieu.” Eh bien, si Dieu l’aime, qu’il le sauve maintenant ! » 44Et les brigands qui avaient été mis en croix à côté de lui l’insultaient de la même manière.

Jésus est insulté par les passants, il est mis au défis : « toi qui est fils de Dieu, descends de la croix ». Parfois nous aussi nous aimerions que le Seigneur fasse tel ou tel chose pour nous ! Est-ce une attitude raisonnable et responsable ?

Prions : Seigneur, tu as souffert et tu as été crucifié pour nous, tu as été condamné par les hommes. Nous levons yeux vers la croix dans la repentance et dans la foi. Garde-nous d’oublier qu’il n’est pas de souffrance pareille à celle que tu as subi en portant toutes les nôtres ; Amen.…. ….

Mort de Jésus, le capitaine romain reconnait en Jésus le fils de Dieu. Des femmes, dont Marie de Magdala et Marie la mère de Jacques et de Joseph suivent à distance

45A midi, l’obscurité se fit sur tout le pays et dura jusqu’à trois heures de l’après-midi. 46Vers trois heures, Jésus cria avec force : « Éli, Éli, lema sabaqthani ?  » — ce qui signifie « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » — 47Quelques-uns de ceux qui se tenaient là l’entendirent et s’écrièrent : « Il appelle Élie ! » 48L’un d’eux courut aussitôt prendre une éponge, la remplit de vinaigre et la fixa au bout d’un roseau, puis il la tendit à Jésus pour qu’il boive. 49Mais les autres dirent : « Attends, nous allons voir si Élie vient le sauver ! »

50Jésus poussa de nouveau un grand cri et mourut. 51A ce moment, le rideau suspendu dans le temple se déchira depuis le haut jusqu’en bas. La terre trembla, les rochers se fendirent, 52les tombeaux s’ouvrirent et de nombreux croyants qui étaient morts revinrent à la vie. 53Ils sortirent des tombeaux et, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans Jérusalem, la ville sainte, où beaucoup de personnes les virent. 54Le capitaine romain et les soldats qui gardaient Jésus avec lui virent le tremblement de terre et tout ce qui arrivait ; ils eurent alors très peur et dirent : « Il était vraiment le Fils de Dieu ! » 55De nombreuses femmes étaient là et regardaient de loin : elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée pour le servir. 56Parmi elles, il y avait Marie du village de Magdala, Marie la mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

« Il est vraiment le fils de Dieu ». Ce cri est lancé par le capitaine romain, que veut dire ces paroles, pour nous aujourd’hui?  Ont-elles une résonance dans nos vies aujourd’hui ?…. ….

Nous pouvons chanter le cantique 130 «  Du fond de ma détresse ». Audio 130

1.Du fond de ma détresse

Dans l’abîme où je suis,

A toi seul je m’adresse

Et les jours et les nuits ;

Mon Dieu, prête l’oreille

Au cri de ma douleur

Et que ma plainte éveille

Ta pitié, Dieu sauveur.

  1. Si tu comptes nos fautes,

Qui pourra subsister ?

Ta justice est trop haute,

Qui pourra résister ?

Mais le pardon se trouve,

Seigneur, auprès de toi

Pour que nos cœurs éprouvent

La crainte de leur Roi.

  1. J’espère en ta parole,

Je compte, ô mon Sauveur,

Qu’elle éclaire et console

Mon âme en sa frayeur.

J’attends plus que la garde

N’attend l’aube du jour ;

Mon coeur vers toi regarde

Et cherche ton secours.

4.Qu’Israël sur Dieu fonde

En tout temps son appui ;

En lui la grâce abonde

Et jamais ne tarit.

De toutes nos offenses

Il nous rachètera,

De toutes nos souffrances

Il nous délivrera.

Jésus est mis dans un tombeau. Les chefs des prêtres devant Pilate traite Jésus d’imposteur. Les deux Marie sont là assissent en face du tombeau

57Quand le soir fut venu, un homme riche, qui était d’Arimathée, arriva. Il s’appelait Joseph et était lui aussi disciple de Jésus. 58Il alla trouver Pilate et lui demanda le corps de Jésus. Alors Pilate ordonna de le remettre à Joseph. 59Celui-ci prit le corps, l’enveloppa dans un drap de lin neuf 60et le déposa dans son propre tombeau qu’il venait de faire creuser dans le rocher. Puis il roula une grosse pierre pour fermer l’entrée du tombeau et s’en alla. 61Marie de Magdala et l’autre Marie étaient là, assises en face du tombeau.

62Le lendemain, c’est-à-dire le jour qui suivait la préparation du sabbat, les chefs des prêtres et les Pharisiens allèrent ensemble chez Pilate 63et dirent : « Excellence, nous nous souvenons que cet imposteur, quand il était encore vivant, a dit : “Au bout de trois jours, je reviendrai de la mort à la vie.” 64Veuillez donc ordonner que le tombeau soit gardé jusqu’au troisième jour, sinon ses disciples pourraient venir voler le corps et diraient ensuite au peuple : “Il est revenu d’entre les morts.” Cette dernière imposture serait encore pire que la première. » 65Pilate leur dit : « Voici des soldats pour monter la garde. Allez et faites surveiller le tombeau comme vous le jugez bon. » 66Ils allèrent donc organiser la surveillance du tombeau : ils scellèrent la pierre qui le fermait et placèrent les gardes

Le pouvoir politique, au travers de Pilate permet une mise au tombeau. Le pouvoir religieux, au travers des chefs des prêtres veulent s’assurer qu’il n’y aura pas de tromperie.Dans nos vies, aujourd’hui, savons-nous reconnaitre et aller à ce qui est essentiel ? …. ….

Continuons  notre méditation, en prenant le cantique 181 « Cherchez d’abord le royaume des cieux »Audio 181

1.Cherchez d’abord le royaume de Dieu

Et sa justice

Et toutes choses vous seront données en plus.

Allélu, alléluia !

Alléluia, Alléluia,

Alléluia, Alléluia !

  1. L’homme ne vivra pas de pain seulement,

Mais de toute parole

Qui sortira de la bouche de Dieu

Allélu, alléluia !

Alléluia, Alléluia,

Alléluia, Alléluia !

Prions :

Par la mort du Christ, Dieu prouve son amour pour nous.

Par la mort du Christ, Nous sommes délivrés de nos peurs, de nos fautes, de notre mort.

Par la mort du Christ, Nous sommes réconciliés.

Que son amour, son pardon et sa réconciliation nous relèvent et nous fasse vivre.

 

Père, nous te rendons grâce pour cette soirée et pour chacune des bénédictions reçues. Bénis sois-tu Dieu de liberté.

Nous te rendons grâce pour ton Fils Jésus-Christ. Béni sois-tu, Dieu de miséricorde.

Nous te rendons grâce pour ce jour de veille partagé en Eglise, bénis sois-tu, Dieu d’espérance.

Amen…. ….

Nous connaissons la suite, mais afin de continuer notre méditation avec Matthieu sur la crucifixion et la résurrection, je vous invite à prendre un temps plus tard, dans les jours à venir.

Pour terminer je vous invite à prendre ensemble la prière que Jésus nous a appris : Notre Père…

écrit par Marie Françoise et Daniel Dispa,

Amitiés, à toutes et tous, nous vous souhaitons une bonne continuation chez vous.

Audio  449

Publié dans Cultes, Tout | Laisser un commentaire

Culte des Rameaux 05.04.2020

Culte préparé à plusieurs voix en ce temps de confinement.

 

Accueil           (proposé par Axel Weytens avec Daphnée) audio1

Bonjour à tous en ce jour des Rameaux.

Nous ne nous voyons pas, nous ne nous entendons pas, pas plus que nous ne voyons ni n’entendons en ce jour le Christ monter vers Jérusalem. Mais est-ce si grave ? Nous pouvons imaginer Jésus, sur son petit âne gris, avançant sur un chemin couvert de palmes vertes, passant entre les maisons faites de briques d’argile rouge, et saluant d’un sourire ceux qui le regardent passer.. Nous pouvons aussi imaginer notre petite assemblée, dans notre temple de pierre blonde, avec la haute chaire de bois foncé. Nous pouvons en pensée nous sourire les uns aux autres, et nous réjouir de ce moment que nous allons passer ensemble, sous le regard de l’Eternel.

Où que nous soyons Dieu, nous accueille et nous réunit. Quel que soit l’état du monde et ses dangers, Dieu renforce en nous l’espoir. Puisse aujourd’hui le Seigneur être présent parmi nous, au sein de notre famille fraternelle réunie par Son Esprit. Puisse le Seigneur entendre avec joie notre célébration et notre louange.

Louange         (proposée par Axel Weytens)  Nous nous recueillons pour louer le Seigneur avec le psaume 148.

Louez le Seigneur du haut des cieux,
Louez-le dans les hauteurs.
Vous tous, les anges de ses armées célestes, louez-le,

Louez-le aussi, tous les cercles du ciel.

Où tournent sans fin le soleil et la lune,
et tous les astres de lumière ;

Louez le, vous les eaux d’en haut, qui remplissez la voute céleste
Et encore au-delà

Dans les cieux des cieux, que tout le loue

Sur terre, louez-le-vous aussi

Monstres des eaux d’en bas, créatures des profonds abîmes;
Quant à vous, feu et grêle, neige et brouillard, pluies et vents,

apportez sa louange !

Car toute chose porte en elle le nom du Seigneur:
Sur son ordre tout fut créé ;
c’est lui qui posa ce monde ici , et pour toujours
Louez le Seigneur, car rien de ce qui se tient sous sa loi, ne disparaîtra.

Amen

Cantique (AEC) 441

1.Hosanna, Hosanna ! Jérusalem en fête

Accueille à très grands cris le Messie des prophètes,

Le Fils du roi David, l’envoyé du Très-Haut

Qui vient pour commencer un temps enfin nouveau.

2.Hosanna, Hosanna ! Il vient sans apparence ;

Sa gloire éclatera au fort de sa souffrance.

Le Fils du Dieu vivant, le puissant Roi des rois

Règnera sur nous tous en mourant sur la croix.

3.Hosanna, Hosanna ! Chantons d’un coeur fidèle

Le plus grand des amours et la joie éternelle.

Jésus le crucifié, le roi plein de douceur,

Dans son humilité devient notre Seigneur.

Repentance               (proposée par Daniel Dispa)

Seigneur, l’acclamation de la foule à l’entrée de Jérusalem masque difficilement la violence qui te brisera.

Aujourd’hui, dans nos villes, nos quartiers, nos familles, par des paroles, des gestes, par des discours et des images, la violence gagne du terrain, se banalise et nous défigure. Par peur, par résignation, je fais comme si de rien n’étais. Seigneur, pardonne.

Aujourd’hui, au plus profond de moi, la violence accomplit son œuvre de destruction par les barrières que j’érige, les dominations que je maintiens et par le mal que je ne voudrais pas faire, je m’habitue. Seigneur pardonne.

Aujourd’hui, sur tous les continents la torture, la guerre, la pauvreté accomplissent leur œuvre de destruction. Des hommes, des femmes, des enfants sont défigurés, brisés, crucifiés. Par lassitudes et faiblesse, je m’habitue. Seigneur, pardonne.

Donne-nous la passion des gestes qui font vivre, le courage et la compassion, l’envie de marcher sur les chemins risqués du refus de l’indifférence et de la violence. Amen.

Cantique 602 (AEC)

1.Oh ! prends mon âme,

Prends-la, Seigneur,

Et que ta flamme

Brûle en mon coeur.

Que tout mon être

Vibre pour toi.

Sois seul mon maître,

O divin roi.

 Refrain : Source de vie,

De paix, d’amour

Vers toi je crie

La nuit, le jour.

Entends ma plainte,

Sois mon soutien.

Calme ma crainte,

Toi, mon seul bien.

Chantez avec David le bonheur d’être pardonné (Psaume 32)

Heureux celui que Dieu décharge de sa faute,et qui est pardonné du mal qu’il a commis !

Heureux celui que le Seigneur ne traite pas en coupable,dont l’esprit est sans hypocrisie !

Tant que je ne reconnaissais pas ma faute,mes dernières forces s’épuisaient en plaintes quotidiennes. Car de jour et de nuit, Seigneur, ta main pesait sur moi, et j’étais épuisé, comme une plante s’assèche au plus chaud de l’été.

Mais je t’ai avoué ma faute, je ne t’ai pas caché mes torts. Je me suis dit : « Je suis rebelle au Seigneur, je dois le reconnaître devant lui. »

Et toi, tu m’as déchargé du poids de ma faute.

C’est pourquoi tous ceux qui lui sont fidèles t’adressent leur prière quand ils découvrent leur faute. Si le danger menace de les submerger, ils resteront hors d’atteinte.

Tu es un abri pour moi, tu me préserves de la détresse. Je crierai ma joie pour la protection dont tu m’entoures.

Le Seigneur dit : « Je t’enseignerai, je t’indiquerai le chemin à suivre. Je te donnerai un conseil, je garderai les yeux fixés sur toi : Ne sois pas aussi stupide que le cheval ou le mulet, dont il faut maîtriser les élans avec une bride et un mors ; alors il ne t’arrivera rien. »

Beaucoup de souffrances attendent le méchant, mais le Seigneur entoure de bonté la personne qui lui fait confiance.

Que le Seigneur soit votre joie, vous les justes ; réjouissez-vous, criez votre joie, vous qui avez le cœur droit.

Cantique 602 (AEC) 2

Du mal perfide,

Oh ! garde-moi.

Viens, sois mon guide,

Chef de ma foi.

Quand la nuit voile

Tout à mes yeux,

Sois mon étoile,

Brille des cieux

 Refrain : Source de vie,

De paix, d’amour,

Vers toi je crie

La nuit, le jour.

Entends ma plainte,

Sois mon soutien.

Calme ma crainte,

Toi, mon seul bien.

Annonce de la grâce de Dieu          (proposée par Daniel Dispa)

Entends Dieu, Entends résonner en toi ses paroles d’apaisement :

OUI, avant que tu ne sois un nouveau-né Je pouvais t’appeler par ton nom. Avant que tes proches ne soient émus de ta présence dans leur vie, tu grandissais déjà, béni par ma parole, un « Je t’aime » dit de mille manières. Avant que tes semblables puissent apprécier ce que tu dis et ce que tu fais, Je t’avais pardonné tout ce que tu te reproches car Je suis riche en miséricorde.

Reçois la parole que te dit ton Dieu.  Amen.

Cantique 602 (AEC) 3

Voici l’aurore

D’un jour nouveau.

Le ciel se dore

De feux plus beaux.

Jésus s’apprête ;

Pourquoi gémir ?

Levons nos têtes ;

Il va venir !

Refrain :Source de vie,

De paix, d’amour,

Vers toi je crie

La nuit, le jour.

Entends ma plainte,

Sois mon soutien.

Calme ma crainte,

Toi, mon seul bien.

Prière d’illumination            (proposée par  Dominique Kauffmann)

Avant de lire les écritures je vous invite à la prière afin que cette parole que nous allons entendre ou lire, méditer, nous puissions la recevoir, la croire et la mettre en pratique.

Notre Dieu notre Père, merci pour tout ce que tu nous donnes

Merci pour ces textes de la Bible qui nous font entrer dans cette Semaine Sainte.

Par ton Esprit, rends-nous disponible, ouvre-nos cœurs, nos intelligences à ces lectures, qu’elles deviennent Ta Parole que tu adressent à chacun, Ta Parole pour  nos vies en ces temps difficiles, Ta Parole de Vie. Amen

 Esaie 50,4-7 (TOB)

4   Le Seigneur DIEU m’a donné une langue de disciple : pour que je sache soulager l’affaibli, il fait surgir une parole. Matin après matin, il me fait dresser l’oreille, pour que j’écoute, comme les disciples.

5  Le Seigneur DIEU m’a ouvert l’oreille. Et moi, je ne me suis pas cabré, je ne me suis pas rejeté en arrière.

6  J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, mes joues, à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas caché mon visage face aux outrages et aux crachats.

7  C’est que le Seigneur DIEU me vient en aide : dès lors je ne cède pas aux outrages, dès lors j’ai rendu mon visage dur comme un silex, j’ai su que je n’éprouverais pas de honte.

Philippiens 2,6-11 (TOB)

6  Jésus Christ :lui qui est de condition divine n’a pas considéré comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu.

7  Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme,

8  il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix.

9  C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a conféré le Nom qui est au–dessus de tout nom,

10  afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la terre et sous la terre,

11  et que toute langue confesse que le Seigneur, c’est Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père.

 

Matthieu 21,1-11 (TOB)

1          Lorsqu’ils approchèrent de Jérusalem et arrivèrent près de Bethphagé, au mont des Oliviers, alors Jésus envoya deux disciples

2  en leur disant : « Allez au village qui est devant vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et un ânon avec elle ; détachez–la et amenez–les–moi.

3  Et si quelqu’un vous dit quelque chose, vous répondrez : Le Seigneur en a besoin, et il les laissera aller tout de suite. »

4  Cela est arrivé pour que s’accomplisse ce qu’a dit le prophète :

5  Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi vient à toi, humble et monté sur une ânesse et sur un ânon, le petit d’une bête de somme.

6  Les disciples s’en allèrent et, comme Jésus le leur avait prescrit,

7  ils amenèrent l’ânesse et l’ânon ; puis ils disposèrent sur eux leurs vêtements, et Jésus s’assit dessus.

8  Le peuple, en foule, étendit ses vêtements sur la route ; certains coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route.

9  Les foules qui marchaient devant lui et celles qui le suivaient, criaient : « Hosanna au Fils de David ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! Hosanna au plus haut des cieux ! »

10  Quand Jésus entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi : « Qui est–ce ? » disait–on ;

11  et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

Méditation                 (proposée par Christiane Lecarpentier Nyangono)

Méditation Matthieu 21, 1-11 pour les rameaux 2020 : il vint un homme assis sur une ânesse plutôt sur un ânon, et la face du monde en fut changée.

Jésus a commencé sa marche vers Jérusalem, le lieu où il va vivre sa passion et où son entrée sera qualifiée de triomphale, Matthieu met l’accent sur un animal qui sera le fil rouge de notre méditation. A proximité de Sion, il envoie deux disciples en mission : « Allez au village qui est devant vous, vous trouverez aussitôt une ânesse attachée, et un ânon avec elle ; détachez-les, et amenez-les moi.». Les disciples amènent donc l’ânesse et son petit, ils posent dessus leurs vêtements et Jésus s’assied dessus ; image bien compliquée à imaginer, les deux bêtes n’étant pas de la même hauteur. Matthieu est le seul évangéliste qui rapporte ce détail, les autres ayant fait le choix de parler directement de l’ânon. Tout d’abord, pourquoi choisir un âne plutôt qu’un cheval qui lui aurait apporté du prestige ? Pourquoi un ânon plutôt qu’un âne ou une ânesse plus solide. Pourquoi l’ânesse et l’ânon en même temps? Pourquoi cette soudaine agitation, cet émoi dans la ville? Mais qui donc a alerté et expliqué ce qu’il se passait? Et nous quelle est notre place dans cette histoire ?… Mais avant d’aborder quelques un des aspects évoqués, replongeons-nous quelque peu dans la Jérusalem de l’an 33 de notre ère et ce qui permet à la ville de fonctionner en maintenant un certain équilibre. Nous sommes en pleine période de ce que des historiens ont appelé la Pax Romana (1er et 2ème s) ; une paix imposée par Rome à des territoires conquis et pacifiés, et aussi et surtout qui s’assure qu’il n’y a pas de velléités d’indépendance, ni de concurrence à Rome et surtout que les divinités locales ne représentent aucun danger pour Rome. Pour veiller à la bonne marche des territoires, chaque province a à sa tête, un gouverneur romain. En l’an 33, c’est Pontius Pilatus, nommé à ce poste par l’empereur Tibère.

Pour vivre leur foi, les juifs vivent sous un second gouvernement qui est religieux. Le Sanhédrin, le grand conseil, l’instance judicaire et grand garant de la doctrine et des pratiques du judaïsme est composé de deux principales chambres ; à savoir les sadducéens dans les rangs desquels se trouvent le grand-prêtre et autres dignitaires d’Eglise qui ne respectent que la Torah, ne croient pas à la résurrection et pèsent sur le peuple, plus que ne le fait Rome qui est pour eux un allié. L’autre chambre est celle des pharisiens, c’est-à-dire des séparés, des gens dont l’objectif est de vivre séparé du péché, par une connaissance de la loi ainsi que des pratiques religieuses contraignantes. Ils croient en la résurrection des morts et c’est surtout à eux que Jésus s’adressera quand il se retrouvera devant le Sanhédrin.

Le peuple lui, vit pris en étau entre les impôts pour l’occupant romain et  d’autres contraintes vis-à-vis des autorités religieuses. Son quotidien est semblable à celui des peuples vivant sous l’occupation. D’où un profond désir de libération. Surtout qu’un messie avait été promis au peuple… Des générations se succédaient et l’espoir laissait place à une lassitude et une résignation. La vie suivait son cours tant bien que mal.

Puis ce jour-là arrive un homme qui va tout bouleverser :Yéroushalaïm, ville de paix, est en ébullition, rien ne va plus. On imagine les autorités religieuses surprises et paniquées, elles qui auraient dû être les premières à reconnaître le Messie sont évincées par la foule qui a pris les devants, qui le bénit de la bénédiction des prêtres et le célèbre déjà. Que vont-elles dire au gouverneur à qui elles avaient pourtant affirmé que leur Dieu n’était pas un roi et ne représentait aucun danger pour Rome ? On peut aussi imaginer Ponce Pilate furieux, sommant les autorités de lui fournir des explications ; on lui avait promis qu’il n’y aurait jamais de concurrence avec le pouvoir politique, aussi bien à Jérusalem qu’à Rome. Alors, ce roi acclamé ?… Par un effet de domino, Jésus va insuffler un mouvement qui est arrivé jusqu’à nous, après bien des péripéties et toujours de manière personnelle. Mais qui entra à Jérusalem ce jour-là ? Etait-ce un roi libérateur? Alors il aurait dû arriver sur un cheval bien harnaché, entouré de soldats armés jusqu’aux dents. Seulement voilà, il a choisi un âne. En l’an 33 de notre ère, il y avait longtemps que les rois n’utilisaient plus l’âne comme monture. David, 2ème roi d’Israël, se déplaçait à dos d’âne. Lorsque le roi Salomon son fils, préféra le cheval afin de donner un certain cachet à son règne fastueux, on retint avec nostalgie que l’âne était la monture de David. L’âne dans la Bible : il y a 90 occurrences et 5 termes hébraïques pour le désigner, ce qui montre son importance.  En dehors de son caractère réputé têtu, c’est un animal qui rend le plus de service à l’humain et qui rappelle quelque peu l’enseignement de Jésus. A titre d’exemples : -Proximité : tout au long de son ministère, Jésus est près de ceux qui ont le cœur brisé et l’esprit abattu. -Humilité : l’apôtre Paul rappelle aux Philippiens (Ph 2, 6-11) « lui qui était de condition divine, il a choisi la condition de serviteur ». -L’âne comme bête de somme : Jésus dit : « venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, je vous donnerai du repos » (Mt 11, 28), ou encore : Il a « porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois » (1 Pierre 2, 24). -L’âne comme monture du roi David : c’est un aspect très important. C’est le signe qu’on attendait : « Sois transportée d’allégresse, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! Voici, ton roi vient à toi; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d’une ânesse.» (Zacharie 9, 9). La présence de l’âne inscrit Jésus en droite ligne dans la tradition des rois de Juda, dans la lignée symbolique de David, lignée de laquelle devait être issu le Messie, selon la tradition hébraïque, d’où son titre de « fils de David », autrement dit, roi messianique promis.

C’est donc l’âne, l’animal qui ce jour-là changea la face du monde

Elle ne s’y trompe pas la foule qui reconnaît là le signe du messie, un roi de la lignée de David, le libérateur. Et le peuple longtemps comprimé laisse exploser son ras le bol ; ose crier tout haut ce qu’il endure depuis si longtemps, et contemple ce qu’il espère depuis si longtemps. Hosanna, viens en aide, au secours ; comme lorsqu’on voit arriver un défenseur et que la parole se libère enfin. On étale des vêtements par terre pour que son pied ne foule pas un sol impur, on agite des palmes en signe de victoire, de louange, on pousse des cris de joie même si quelques voix se demandent si ce n’est pas plutôt un prophète…

Mais tout à leur joie, ils n’ont pas été attentifs à un détail capital : ce n’est pas sur un âne qu’il entre à Jérusalem, mais sur un ânon, qui dit la nouveauté. Autrement dit, il est roi descendant de David, certes, il vient libérer et inaugurer une ère nouvelle, ère de paix, mais comme il le dit, son royaume n’est pas de ce monde, il n’est pas temporel. Pour l’évangile de Matthieu qui s’adresse d’abord aux juifs, il est important pour lui de montrer qu’il n’y a ni table rase, ni rupture avec les écrits anciens mais que c’est bien une continuité. En montrant Jésus entrant à la fois sur l’ânesse (l’ancienne alliance) et l’ânon (la nouvelle alliance), Matthieu rejoint la pensée de Jésus pendant tout son ministère : « ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes, je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir » (Mt 5, 17). Mais qui dit dans le même temps : « vous avez appris qu’il a été dit…mais moi je vous dis… » (Mt 5, 38). Malentendu de la foule qui attend un roi politique venu mettre fin à l’occupation romaine et peut-être reprendre la main sur le clergé local. Est-ce la raison pour laquelle, certains parmi eux, déçus crieront « crucifie-le ? Ils n’ont pas remarqué ce détail, ne pouvaient pas imaginer la suite, mais qu’en est-il de nous ? Comment allons-nous entrer dans cette semaine sainte, à cheval avec tous les dégâts liés à un désir de puissance de pouvoir aussi bien dans notre monde qu’en Eglise ? Allons-nous faire de Jésus une idole taillée à la dimension de nos ambitions propres. Ou alors allons-nous y entrer dans l’humilité de l’âne, ou mieux encore de l’ânon qui fut  détaché afin de nous révéler à nous-mêmes et nous inviter à entrer dans une ère nouvelle. A chacun chacune d’essayer d’y répondre.

Amen. 

Nous pouvons imaginer que nos amis les ânes prient aussi…  Prière des ânes

Donne-nous Seigneur de garder les pieds sur terre…
Et les oreilles dressées vers le ciel pour ne rien perdre de ta parole.
Donne-nous Seigneur, un dos courageux…
Pour supporter les hommes les plus insupportables.
Donne-nous, d’avancer tout droit
En méprisant les caresses flatteuses, autant que les coups de bâton.
Donne-nous, Seigneur d’être sourd aux injures et à l’ingratitude…
C’est la seule surdité que nous ambitionnons.
Ne nous donne pas d’éviter toutes les sottises,
Car un âne fera toujours des âneries.
Donne-nous simplement, Seigneur,
De ne jamais désespérer

De ta miséricorde si gratuite
Pour ces ânes si disgracieux que nous sommes…
D’après ce que disent les pauvres humains qui n’ont rien compris
Ni aux ânes,
Ni à toi, qui as fui en Egypte avec un de nos frères,
Qui as fait ton entrée prophétique à Jérusalem
Sur le dos d’un des nôtres.  Amen

Cantique 777 (AEC) Quand Jésus entre à Jérusalem

1 Quand Jésus entre à Jérusalem,

Monté sur un petit âne,

Le monde vient pour l’acclamer

Et chanter sur son passage.

Refrain:

Peuple de Dieu, voici ton Roi.

Très humblement, il vient vers toi.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Chantons à pleine voix, de tout notre cœur.

Hosanna, gloire au Fils de Dieu !

Hosanna, au plus haut des cieux.

Hosanna, Hosanna, Hosanna,

Hosanna, Hosanna, Hosanna.

2 La foule étale des vêtements,

Des palmes et des feuillages ;

Chacun agite dans ses mains

Des rameaux et des branchages.

3 ‘Quel est cet homme ?’disent les gens.

‘C’est notre ami, le prophète.

Dans quelques jours ils vont crier :

‘Sur la croix il faut qu’il meure !’.

Confession de foi                  (proposée par Pierre-Antoine Maignier)

Nous croyons en Dieu.

Malgré son silence et son secret, nous croyons qu’Il est vivant.

Malgré le mal et la souffrance, nous croyons qu’Il a fait le monde pour le bonheur de la vie.

Malgré les limites de notre raison et les révoltes de notre cœur, nous croyons en Dieu.

Nous croyons en Jésus-Christ.

Malgré les siècles qui nous séparent du temps où il est venu, nous croyons en sa Parole.

Malgré nos incompréhensions et nos refus, nous croyons en sa résurrection.

Malgré sa faiblesse et sa pauvreté, nous croyons en son règne.

Nous croyons en l’Esprit saint.

Malgré les apparences, nous croyons qu’il conduit l’Eglise.

Malgré la mort, nous croyons à la vie éternelle.

Malgré l’ignorance et l’incrédulité, nous croyons que le Royaume de Dieu est promis à tous. Amen.

Prière d’intercession            (proposée par Dominique Kauffmann)

Notre Dieu, notre Père nous voulons te dire merci.

Merci pour ta Parole.

Merci pour ton Fils Jésus Christ acclamé puis condamné, mort et ressuscité.

Par lui chacun peut devenir ton enfant, confiant en ton amour.

C’est avec cette confiance que nous pouvons nous tenir debout devant la souffrance et le mal et te prier les uns pour les autres, les uns avec les autres.

 

Nous te prions pour les malades, et ceux qui soignent. Par ton amour apprends-nous des gestes qui soutiennent.

Nous te prions pour tous ceux qui ont perdu un proche. Par ton amour inspire-nous une écoute qui console.

Nous te prions pour tous ceux qui ont peur. Par ton amour inspire-nous une attitude qui rassure.

Nous te prions pour tous ceux qui sont en colère. Par ton amour fais de nous des artisans de paix.

Nous te prions pour tous ceux qui sont résignés. Par ton amour permets-nous de les relever.

De proche en proche, de village en cité, nos prières dépassent les communautés et les frontières, nous te prions pour le monde, et ensemble du fond de nos cœurs :

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;

pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Ne nous laisse pas entrer en tentation

mais délivre-nous du mal,

car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,

aux siècles des siècles. Amen.

 

Envoi et Bénédiction                                    (proposée par Pierre Gérard) audio 4

N’attristez pas l’Esprit de Dieu, par lequel vous avez été́ scellés pour le jour de la rédemption.

Que toute amertume, animosité́ et colère, soient bannies du milieu de vous.
Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. (Gal 5,14)

Montrez-vous bons et compatissants les uns envers les autres, vous pardonnant réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ.

Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

La Grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit sont avec vous tous, dès maintenant et à jamais.   Amen.

Cantique 616 (AEC)            Confie à Dieu ta route 1,4

1.Confie à Dieu ta route,

Dieu sait ce qu’il te faut ;

Jamais le moindre doute

Ne le prend en défaut.

Quand à travers l’espace

Il guide astres et vents,

Ne crois-tu pas qu’il trace

La route à ses enfants ?

4.Bénis, ô Dieu, nos routes,

Nous les suivrons heureux,

Car toi qui nous écoutes,

Tu les sais, tu les veux.

Chemins riants ou sombres,

J’y marche par la foi :

Même au travers des ombres,

Ils conduisent à toi

 

Publié dans Cultes, Tout | Laisser un commentaire

Culte du dimanche 29 mars 2020

En raison des consignes de confinement pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus, le culte ne sera pas célébré au temple de Courseulles sur mer.le 29 mars 2020.  Nous vous invitons à lire, méditer, prier dans vos maisons avec ce. Culte préparé parVirginie Weben.

Frères et soeurs, Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ ! Le confinement qui nous force à rester dans un espace limité, signifie en même temps « être très proche l’un de l’autre », confinité, affinité, proximité… C’est en ce sens que nous nous retrouvons ce matin, derrière nos écrans, quelques feuilles de papier, invités tels que nous sommes, à louer et écouter Dieu qui nous parle et nous précède en toute chose.

 Prions le psaume du jour : Psaume 129

01 Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,

02 Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

03 Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ?

04 Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.

05 J’espère le Seigneur de toute mon âme ; je l’espère, et j’attends sa parole.

06 Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,

07 attends le Seigneur, Israël. Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.

08 C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

 

Cantique 167 AEC Quand les montagnes s’éloigneraient

Refrain

Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Quand les montagnes s’éloigneraient, Dieu fera tout comme il promet.

Strophe

Mon amour, oui mon amour Ne s’éloignera point de toi ; Mon amour, oui mon amour Ne s’éloignera point de toi.

Refrain

Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Quand les montagnes s’éloigneraient, Dieu fera tout comme il promet.

Rappelons-nous la loi de Dieu :

« Seigneur, mon coeur dit de ta part : Cherchez ma face ! C’est ta face, Seigneur, que je cherche. Ne me cache pas ta face ! » (Ps 27. 8, 9a)

La face, le visage du Christ est à chercher dans l’amour :

« L’amour est patient. Il est plein de bienveillance. Il n’est pas jaloux. Il ne se vante pas. Il ne se gonfle pas d’orgueil. Il ne fait rien de malhonnête. Il ne cherche pas son intérêt. Il ne s’irrite pas. Il ne soupçonne pas le mal. Il ne se plaît pas dans l’injustice, mais se réjouit dans la vérité. L’amour croit tout, il pardonne tout, il supporte tout, il espère tout. L’amour ne périt jamais. » (1 Cor. 13)

 

Je vous invite à la prière et la repentance. … Nous confessons devant toi Éternel, toute notre imperfection humaine et nous implorons ton pardon.

Cantique 420 AEC Tel que je suis

Strophe 1

  1. Tel que je suis, sans rien à moi, Sinon ton sang versé pour moi Et ta voix qui m’appelle à toi, Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Strophe 2

  1. Tel que je suis, bien vacillant, En proie au doute à chaque instant, Lutte au dehors, crainte au-dedans, Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Strophe 3

  1. Tel que je suis. Ton coeur est prêt À prendre le mien tel qu’il est, Pour tout changer, Sauveur parfait ! Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Strophe 4

  1. Tel que je suis. Ton grand amour A tout pardonné sans retour. Je veux être à toi dès ce jour ; Agneau de Dieu, je viens, je viens !Recevez l’annonce du Pardon :Que tous ceux qui se tournent vers Dieu avec confiance reçoivent de lui la certitude de son amour.

    Vous qui avez faim et soif de son pardon, vous êtes heureux, car il vous pardonne.

    Vous qui avez faim et soif de sa présence, vous êtes heureux, car il vient demeurer en vous, vous fortifier et vous guider.

    Vous qui avez faim et soif d’amour, vous êtes heureux, car notre Père nous aime et nous pardonne en Jésus-Christ.

    Tous ceux qui se tournent vers Dieu reçoivent la certitude de son pardon, Amen

    Chantons notre reconnaissance :

    Prière d’illumination Avant de lire les écritures :

    Seigneur, donne-nous ton Esprit.

    Pour que nous sachions où aller quand nos chemins se perdent, que faire quand notre avenir est incertain, que pouvoir quand nous sommes au bout de nos forces,

    Seigneur, donne-nous ton Esprit.

    Pour que nous puissions bâtir ton Royaume, en annonçant, en guérissant & en aimant

    Seigneur, de notre espérance, et de notre foi, nous te cherchons dans la méditation de cette écriture ancienne, à l’écoute de la Parole source de nouveauté…

    Lectures LSG 1910

    Ez. 37.12-14

    12 Prophétise donc, et dis-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, j’ouvrirai vos sépulcres, je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple, et je vous ramènerai dans le pays d’Israël. 13 Et vous saurez que je suis l’Éternel, lorsque j’ouvrirai vos sépulcres, et que je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple ! 14 Je mettrai mon esprit en vous, et vous vivrez ; je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Éternel, j’ai parlé et agi, dit l’Éternel.

     

    Évangile selon  Jean, 11.1-45

    1 Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa soeur. 2 C’était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade. 3 Les soeurs envoyèrent dire à Jésus : Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. 4 Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n’est point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. 5 Or, Jésus aimait Marthe, et sa soeur, et Lazare. 6 Lors donc qu’il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était, 7 et il dit ensuite aux disciples : Retournons en Judée. 8 Les disciples lui dirent : Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée ! 9 Jésus répondit : N’y a-t-il pas douze heures au jour ? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; 10 mais, si quelqu’un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n’est pas en lui. 11 Après ces paroles, il leur dit : Lazare, notre ami, dort ; mais je vais leréveiller.12 Les disciples lui dirent : Seigneur, s’il dort, il sera guéri. 13 Jésus avait parlé de sa mort, mais ils crurent qu’il parlait de l’assoupissement du sommeil. 14 Alors Jésus leur dit ouvertement : Lazare est mort. 15 Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n’étais pas là. Mais allons vers lui. 16 Sur quoi Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples : Allons aussi, afin de mourir avec lui. 17 Jésus, étant arrivé, trouva que Lazare était déjà depuis quatre jours dans le sépulcre. 18 Et, comme Béthanie était près de Jérusalem, à quinze stades environ, 19 beaucoup de Juifs étaient venus vers Marthe et Marie, pour les consoler de la mort de leur frère. 20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. 21 Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 22 Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. 23 Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera. 24 Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. 25 Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; 26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? 27 Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. 28 Ayant ainsi parlé, elle s’en alla. Puis elle appela secrètement Marie, sa soeur, et lui dit : Le maître est ici, et il te demande. 29 Dès que Marie eut entendu, elle se leva promptement, et alla vers lui. 30 Car Jésus n’était pas encore entré dans le village, mais il était dans le lieu où Marthe l’avait rencontré. 31 Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient, l’ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, disant : Elle va au sépulcre, pour y pleurer. 32 Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus, et qu’elle le vit, elle tomba à ses pieds, et lui dit : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 33 Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému. 34 Et il dit : Où l’avez-vous mis ? Seigneur, lui répondirent-ils, viens et vois. 35 Jésus pleura. 36 Sur quoi les Juifs dirent : Voyez comme il l’aimait. 37 Et quelques-uns d’entre eux dirent : Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que cet homme ne mourût point ? 38 Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C’était une grotte, et une pierre était placée devant. 39 Jésus dit : Ôtez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit : Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu’il est là.

    40 Jésus lui dit : Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? 41 Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit : Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé. 42 Pour moi, je savais que tu m’exauces toujours ; mais j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. 43 Ayant dit cela, il cria d’une voix forte : Lazare, sors ! 44 Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : Déliez-le, et laissez-le aller. 45 Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui.

     

    Rom. 8. 8-11

    8 Frères ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. 9 Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. 10 Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. 11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

     

    Prédication Jean. 11.1-45

    Au chapitre 11.1-45, Jean nous présente le récit du miracle de la résurrection de Lazare, sans doute le plus extraordinaire des miracles réalisés par Jésus !

    Voyons ce que nous dit cet évènement, dans le contexte de l’époque et aujourd’hui plus particulièrement en ce temps inédit de pandémie !

    La toile de fond commune est l’expérience de la maladie, de la mort et de la foi.

    Depuis sa sortie du jardin d’Eden, l’homme a rendez-vous avec la mort. Toutes sortes de morts, celle programmée de sa finitude humaine mais aussi celles des épreuves, des maladies, des deuils extérieurs ou intérieurs à lui-même.

    Jean, ’le disciple qu’aimait Jésus’, assez étrangement est le seul des 4 évangélistes à évoquer ce récit : celui de la mort et de la résurrection de Lazare…Je ne me risquerais pas à forger des hypothèses sur la raison de cette singularité mais quoiqu’il en soit, on peut dire que dans sa 1ère partie, l’évangile de Jean a pour thème principal la foi et la confiance.

    Au niveau du ‘casting’, les protagonistes sont, dès le 1er plan, la fratrie des amis de Jésus : Lazare, le frère de Marthe et Marie. L’un est malade et les deux soeurs font prévenir Jésus de la situation comme aujourd’hui nous pourrions appeler le médecin ! Elles comptent sur lui ! Il y a de l’amitié entre ces quatre-là.

    Lazare, lui est plutôt passif, il ne parle pas. Ou bien il est malade, ou bien il dort, puis il meurt avant d’être ressuscité par Jésus à la toute dernière scène. Marthe à la foi déterminée, est toujours empressée, c’est une ‘hyperactive’ limite ! dirions-nous aujourd’hui’ …elle aime ‘ faire les choses correctement’(c’est la même Marie qui s’agite dans . Quant à Marie, c’est la délicatesse, la pêcheresse convertie qui s’est jetée au pied du Maître et a quitté sa ‘vie d’avant’ pour un chemin de foi. Il y a aussi les disciples de Jésus, Ils se trouvent à 2 jours de marche de Béthanie.

    Sans oublier ‘la foule’ de juifs qui viendront consoler les soeurs au décès de Lazare.

    Le village de Béthanie est situé à seulement 15 stades de Jérusalem, 3km environ, donc tout proche de la menace ourdie par les juifs qui voulaient lapider Jésus. La peur des disciples est audible, palpable.

    Et puis il y a ce timing improbable, ces ‘différés’ qui apparaissent tout au long du récit, manifestés dans les dialogues et les scènes qui se passent en deux lieux différents, puis entre Jésus et ses interlocuteurs. Il est attendu, espéré par ses amis mais il décide de retourner en Judée qu’après deux jours supplémentaires passés auprès de ses disciples.

    Aujourd’hui nous-mêmes, par les contraintes du confinement, sommes décalés de nos rythmes, nos attentes et nos projets habituels… Nous qui courrions hier après le temps, passant d’une priorité à l’autre (croyant bien faire), nos activités se sont interrompues du jour au lendemain. Les ingrédients qui composent l’épisode sur Lazare et ceux qui nous traversent aujourd’hui se ressemblent : La maladie, la mort, la peur. Dans ces deux espaces temps, la place de la foi sera déterminante pour l’humanité…

    Et puis oui, il y a une différence de taille : Jésus était bien visible des siens tout comme l’ennemi identifié par ses disciples au verset 8 « Les disciples lui dirent : Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider. »

    Pour nous-même en ce printemps 2020, la scène se déroule avec le même Dieu et une fois n’est pas coutume, avec le même ennemi commun tout aussi invisible. Quoique cet ennemi commun, identifié sous le sobriquet de Covid 19, ‘un minuscule virus’ !… on peut se demander s’il n’est pas l’avatar de toutes nos incohérences, des transgressions des lois ontologiques que nous avons bafouées au profit des faux Dieux que nous avons adorés ?

    Pourtant, si ce Dieu tout puissant est le même que celui de Lazare, si nous nous sommes laissés endormir, manipuler voire entrainer jusqu’à mourir ou tuer par nos erreurs, alors ça veut dire que logiquement, nous pourrions encore nous en sortir avec le même remède que Jésus médecin des hommes, a prodigué à ses amis pour les extraire de la mort !

    Revenons plus particulièrement au dialogue de Jésus avec Marthe. Peut-être pouvons-nous aussi, imaginer que nous sommes Marthe, accourant vers Jésus…et pour un instant, déposer à ses pieds tous nos soucis, celui de nos proches bien-sûr, des malades, de toute l’humanité souffrante d’injustice, de précarité, d’oubli et pour laquelle Dieu médecin a envoyé Jésus Christ sauveur du monde.

    Au verset 21à 22, « Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »

    Marthe sait, et en tant que Chrétiens…, nous savons tous …

    Jésus lui répond au verset 23: « Ton frère ressuscitera. »

    Au verset 24Marthe reprend : « Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »

    Jésus lui annonce qu’il est le remède, il lui dit au verset 25et 26 : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »

    27Elle lui dit : « Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde »

    Là, par le passage du ‘ Je sais’ du verset 21 et 24 au ‘Je crois’ du verset 27 on sent que quelque chose en Marthe a bougé. La parole de Jésus Christ annonçant clairement que c’est par la foi et la confiance que l’homme est élevé, a ‘élargi’ la foi de Marthe qui s’était limitée à cette espérance de résurrection au dernier jour. Ce ‘Je crois’ prononcé par Marthe c’est l’ « AMEN » que nous disons quand nous prions comme Jésus en attendant TOUT de DIEU, la confiance totale en celui qui est l’AMOUR sans LIMITE.

    Dans ce texte, la gloire de Dieu se manifeste en Jésus à deux moments : d’une part quand il ressuscite Lazare au moment où Il l’a décidé, mais aussi quand il fait cette révélation à Marthe élargissant sa foi.

    C’est donc la foi en Jésus qui préfigure la résurrection et la vie éternelle. C’est lui qui fait vivre (Jn 5,21.25.28) ! Il est la vie parce que son Père la lui a donnée (Jn 5,26) et qu’il la communique aux hommes (Jn 10,10.28). Le signe présent dans ce texte est celui de la vie éternelle donnée par Jésus à celui qui croit en lui !

    Le texte de la résurrection de Lazare, très ‘symbolique’ est proposée le dimanche juste avant la semaine de la passion du Christ qui mène au dimanche de Pâques puisque c’est cette même résurrection qui va embraser la colère des juifs.

    L’histoire de Lazare, ‘mort-vivant’ ressuscité par Jésus est comme un ‘prototype’ de la mort et de la résurrection à venir de Jésus, (pierre roulée,…) A quelque chose près, que Lazare a fini par ‘mourir’ fatalement une seconde fois, du moins le présumons-nous…, alors que Jésus a été reconnu physiquement mort sur la croix puis le 3e jour ressuscité des morts et vivant éternellement !

    Après nous être mis dans la peau de Marthe, nous pouvons également nous mettre dans celle de Lazare, car je pense pouvoir partager avec vous que nous avons, j’ai aussi ‘ma part’ de responsabilité dans les dysfonctionnements qui fracassent le monde d’aujourd’hui.

    Le mot ‘ressuscité’ est la traduction d’un mot grec signifiant « faire se lever ». ‘Remettre debout’, image combien importante puisque c’est le chemin qui permet de faire ‘accéder à l’humanité’, au sens où l’homme se verticalise à la différence du reste du règne animal. En relevant Lazare, que Jean appelle encore au verset 44 ‘le mort’, sa remise debout symbolise alors l’accès à une nouvelle vie, que la Grâce et l’Amour de Jésus à rendu possible.

    Notre expérience personnelle est, elle aussi, jalonnée de petites morts et de relèvements …

    Alors n’ayons pas peur de la mort, certains que Dieu nous aime et nous relève. Quand Christ marche vers sa propre mort, pendant ce temps de Carême, il nous invite à le suivre pour vaincre nos peurs, marche féconde derrière ses pas.

    Il dit à chacun de nous, ne reste pas dans ton tombeau, délie les bandelettes qui t’écrasent. « SORS !»

    Prière d’intercession :

    Dieu, notre Père, puisque Jésus a pleuré la mort de son ami Lazare (Jean 11, 35), autorisons-nous à pleurer face aux détresses humaines. Pleurons avec les personnes affligées par la maladie, la vieillesse, la solitude, le deuil ou la précarité matérielle, sanitaire ou humaine. En les remettant à Dieu, nous les confions à la miséricorde de Dieu qui aime tous les humains.

    Sois béni Seigneur, Dieu de l’univers, toi qui nous bénis et nous garde en ta main. Amen !

    Comme tu nous l’as appris de ton Christ, nous te disons :

    Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

    Bénédiction :

    « Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, par la prière et la supplication, avec des actions de grâces, faites connaître à Dieu vos demandes. Et que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos coeurs et vos pensées en Christ Jésus. Amen !

    Alors chante le prophète Isaïe, messager de la parole divine adressé à l’humanité :

    « Tu seras une couronne éclatante dans la main de ton seigneur un turban royal dans la main de ton Dieu. On ne te nommera plus délaissée on n’appellera plus la terre désolation mais celle qui porte mon plaisir en elle, mon épouse, car le seigneur met son plaisir en toi. » (Isaïe 52, 3-4)

Publié dans Cultes, Tout | Laisser un commentaire

En raison des consignes de confinement pour lutter contre la pandémie de Coronavirus Covid19, le culte ne sera pas assuré en présentiel dimanche 22 mars 2020 au temple de Courseulles sur mer. Vous pouvez le lire, prier, méditer, avec l’écrit suivant.

Courseulles Côte de Nacre  culte du 20.03.2020 D Kauffmann

La grâce et la paix nous sont données avec l’amour et avec la foi,

de la part de Dieu Père Fils et Saint-Esprit

En ces jours particuliers où nous sommes dispersés chacune et chacun confinés ou au travail, mais chacune et chacun réunis dans un même effort les uns pour les autres, les uns avec les autres, en communion,

Je vous invite au nom du Seigneur à prendre un temps nécessaire pour faire halte, pour faire silence, pour se ressourcer.

Prions le psaume du jour : Psaume 23

1  L’Eternel est mon berger : je ne manquerai de rien.

2  Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.

3  Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.

4  Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.

5  Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d’huile ma tête, Et ma coupe déborde.

6  Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j’habiterai dans la maison de l’Eternel Jusqu’à la fin de mes jours.

 

Cantique AEC  271 Louange et gloire à ton nom 1,2,3,4

1.Louange et gloire à ton nom,Alléluia, alléluia !

Seigneur, Dieu de l’univers,Alléluia, alléluia !

  1. Gloire à Dieu, Gloire à Dieu,Au plus haut des cieux !
  2. Venez, chantons notre Dieu,Alléluia, alléluia !

C’est lui notre Créateur,Alléluia, alléluia !

  1. Pour nous, il fit des merveilles,Alléluia, alléluia

Eternel est son amour,Alléluia, alléluia !

  1. Je veux chanter pour mon Dieu,Alléluia, alléluia !

Tous les jours de ma vie,Alléluia, alléluia !

 

Rappelons-nous la loi de Dieu :

Ecoute, Israël ! l’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel.

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.

C’est le premier et le plus grand commandement.

Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi–même.

Aucun autre commandement n’est plus grand que ces deux-là.

 

C’est une loi d’Amour que nous donne le Seigneur Dieu

Car l’Amour de Dieu est premier, il est essentiel, c’est vers lui que nous devons aller.

Plus nous connaissons l’Amour de Dieu, plus nous reconnaissons notre petitesse et notre incapacité à aimer.

Je vous invite à la prière et la repentance. …

Notre Dieu notre Père, nous voulons déposer devant toi le poids lassant de notre péché ;

Nos peurs, nos manques de foi, nos égoïsmes, nos jugements, nos aveuglements,

Nos manques de reconnaissance, notre insuffisance d’amour.

Notre Dieu, notre Père, nous te demandons humblement pardon et nous nous confions à ta grâce.

Amen

Cantique AEC 407  Seigneur reçois, Seigneur pardonne : 1-4

 

1.Seigneur, reçois ;

Seigneur, pardonne

Notre misère et nos péchés

Et ce pardon que tu nous donnes,

Enseigne-nous à le donner.

R O mon Seigneur, mon Dieu, mon roi

Aie pitié, aie pitié de moi.

 

  1. Le monde chante et crie et pleure

Tant de malheurs abandonnés.

Nous te prions que vienne l’heure

De ta justice et ta pitié.

R.O mon Seigneur…

 

 

 

Recevez l’annonce du Pardon :

Car Dieu a tellement aimé le monde, qu’il a donné son Fils,
son unique, afin que quiconque croit en lui ne meurt pas,
mais qu’il ait la vie éternelle. (Jean3, 16)

En Christ, l’Éternel  notre Dieu se penche vers nous et nous dit :

Mon enfant, tes péchés sont pardonnés, ta foi t’as sauvée,
Avance en paix.

Amen

Chantons notre reconnaissance : Cantique AEC 174 Magnifique est le Seigneur 1,2

 

 

 

1.Magnifique est le Seigneur.

Tout mon coeur pour chanter Dieu

.Magnifique est le Seigneur.

Alléluia, Alléluia !

 

  1. Que puissance, honneur et gloire

Reviennent au Dieu trois fois saint,

Aujourd’hui et à jamais.

Alléluia, Alléluia !

 

Prière d’illumination

Avant de lire les écritures je vous invite à la prière afin que cette parole que nous allons entendre ou lire, méditer, nous puissions la recevoir, la croire et la mettre en pratique.

Notre Dieu notre Père, merci pour tout ce que tu nous donnes

Merci pour ces textes de la Bible

Aide-nous à les  méditer avec attention, avec respect,
avec un vrai désir qu’ils deviennent
cette Parole de vie que tu adresses à chacun de nous.

 

Lecture :

Ephésiens 5, 8-14

8  Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Vivez en enfants de lumière.

9  Et le fruit de la lumière s’appelle : bonté, justice, vérité.

10  Discernez ce qui plaît au Seigneur.

11  Ne vous associez pas aux œuvres stériles des ténèbres ; démasquez–les plutôt.

12  Ce que ces gens font en secret, on a honte même d’en parler ;

13  mais tout ce qui est démasqué, est manifesté par la lumière,

14  car tout ce qui est manifesté est lumière. C’est pourquoi l’on dit : Eveille–toi, toi qui dors, lève–toi d’entre les morts, et sur toi le Christ resplendira.

 

Jean 9 TOB

1 ¶  En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance.

2  Ses disciples lui posèrent cette question : « Rabbi, qui a péché pour qu’il soit né aveugle, lui ou ses parents ? »

3  Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents. Mais c’est pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui !

4  Tant qu’il fait jour, il nous faut travailler aux œuvres de celui qui m’a envoyé : la nuit vient où personne ne peut travailler ;

5  aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »

6  Ayant ainsi parlé, Jésus cracha à terre, fit de la boue avec la salive et l’appliqua sur les yeux de l’aveugle ;

7  et il lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » –– ce qui signifie Envoyé. L’aveugle y alla, il se lava et, à son retour, il voyait.

 

8 ¶  Les gens du voisinage et ceux qui auparavant avaient l’habitude de le voir–car c’était un mendiant–disaient : « N’est–ce pas celui qui était assis à mendier ? »

9  Les uns disaient : « C’est bien lui ! » D’autres disaient : « Mais non, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais l’aveugle affirmait : « C’est bien moi. »

10  Ils lui dirent donc : « Et alors, tes yeux, comment se sont–ils ouverts ? »

11  Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, m’en a frotté les yeux et m’a dit : Va à Siloé et lave–toi. Alors moi, j’y suis allé, je me suis lavé et j’ai retrouvé la vue. »

12  Ils lui dirent : « Où est–il, celui–là ? » Il répondit : « Je n’en sais rien. »

 

13 ¶  On conduisit chez les Pharisiens celui qui avait été aveugle.

14  Or c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux.

15  A leur tour, les Pharisiens lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Il leur répondit : « Il m’a appliqué de la boue sur les yeux, je me suis lavé, je vois. »

16  Parmi les Pharisiens, les uns disaient : « Cet individu n’observe pas le sabbat, il n’est donc pas de Dieu. » Mais d’autres disaient : « Comment un homme pécheur aurait–il le pouvoir d’opérer de tels signes ? » Et c’était la division entre eux.

17  Alors, ils s’adressèrent à nouveau à l’aveugle : « Et toi, que dis–tu de celui qui t’a ouvert les yeux ? » Il répondit : « C’est un prophète. »

18  Mais tant qu’ils n’eurent pas convoqué ses parents, les Juifs refusèrent de croire qu’il avait été aveugle et qu’il avait recouvré la vue.

19  Ils posèrent cette question aux parents : « Cet homme est–il bien votre fils dont vous prétendez qu’il est né aveugle ? Alors comment voit–il maintenant ? »

20  Les parents leur répondirent : « Nous sommes certains que c’est bien notre fils et qu’il est né aveugle.

21  Comment maintenant il voit, nous l’ignorons. Qui lui a ouvert les yeux ? Nous l’ignorons. Interrogez–le, il est assez grand, qu’il s’explique lui–même à son sujet ! »

22  Ses parents parlèrent ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. Ceux–ci étaient déjà convenus d’exclure de la synagogue quiconque confesserait que Jésus est le Christ.

23  Voilà pourquoi les parents dirent : « Il est assez grand, interrogez–le. »

24  Une seconde fois, les Pharisiens appelèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »

25  Il leur répondit : « Je ne sais si c’est un pécheur ; je ne sais qu’une chose : j’étais aveugle et maintenant je vois. »

26  Ils lui dirent : « Que t’a–t–il fait ? Comment t’a–t–il ouvert les yeux ? »

27  Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà raconté, mais vous n’avez pas écouté ! Pourquoi voulez–vous l’entendre encore une fois ? N’auriez–vous pas le désir de devenir ses disciples vous aussi ? »

28  Les Pharisiens se mirent alors à l’injurier et ils disaient : « C’est toi qui es son disciple ! Nous, nous sommes disciples de Moïse.

29  Nous savons que Dieu a parlé à Moïse tandis que celui–là, nous ne savons pas d’où il est ! »

30  L’homme leur répondit : « C’est bien là, en effet, l’étonnant : que vous ne sachiez pas d’où il est, alors qu’il m’a ouvert les yeux !

31  Dieu, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs ; mais si un homme est pieux et fait sa volonté, Dieu l’exauce.

32  Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle de naissance.

33  Si cet homme n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. »

34  Ils ripostèrent : « Tu n’es que péché depuis ta naissance et tu viens nous faire la leçon ! »; et ils le jetèrent dehors.

 

35 ¶  Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé. Il vint alors le trouver et lui dit : « Crois–tu, toi, au Fils de l’homme ? »

36  Et lui de répondre : « Qui est–il, Seigneur, pour que je croie en lui ? »

37  Jésus lui dit : « Eh bien ! Tu l’as vu, c’est celui qui te parle. »

38  L’homme dit : « Je crois, Seigneur » et il se prosterna devant lui.

39 ¶  Et Jésus dit alors : « C’est pour un jugement que je suis venu dans le monde, pour que ceux qui ne voyaient pas voient, et que ceux qui voyaient deviennent aveugles. »

40  Les Pharisiens qui étaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Est–ce que, par hasard, nous serions des aveugles, nous aussi ? »

41  Jésus leur répondit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons ; aussi votre péché demeure.

Prédication   Jean 9

Le passage de l’évangile qui nous est proposé ce dimanche est bien connu et fait partie de ces récits dont j’admire toujours la densité.

Un récit d’une guérison par Jésus d’un aveugle-né.

Jésus voit un aveugle. Avec de la terre, et sa salive, Jésus crache à terre, fait de la boue avec la salive, l’applique sur yeux malades puis demande à l’aveugle d’aller se laver à Siloé. L’homme ne pose aucune question, obéit et à son retour est guéri

La terre dont Dieu a tiré Adam,

La salive, la bouche de Jésus, la Parole créatrice

Le retour à la lumière donnée par l’Envoyé….

Tout est symbolique dans cette guérison. Le geste et la parole de Jésus fils de Dieu.

L’aveugle se laisse faire en confiance.

 

La guérison est discrète, autant elle suscitera  discussions, interrogations,

Mais voilà que reconnaitre en cet homme voyant d’aujourd’hui  l’aveugle –né  mendiant d’hier suscite doutes, questionnements de la part des gens du voisinage.  Ils conduisent devant les pharisiens presque comme un malfaiteur cet homme qui perturbe les certitudes d’un ordre social. Comble du scandale, cette guérison s’est faite un jour de Sabbat.

La scène qui suit avec  les pharisiens pourrait être comique si l’aveuglement des pharisiens enfermés dans leur propre dogme n’était si triste. Ils rejettent cet homme « tu n’es que péché depuis ta naissance…..

 

Aujourd’hui dans cette période si difficile de pandémie, ce texte raisonne en moi par ces questions sur le mal et le péché. Jésus réponds à ces disciples, nous réponds aujourd’hui en guérissant cet homme. Revenons sur le début du texte :

En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui posèrent cette question : « Rabbi, qui a péché pour qu’il soit né aveugle, lui ou ses parents ? »

Qui est coupable ? Qui est responsable ? Ces questions sont toujours présentes à nos esprits.

« Ni lui, ni ses parents. Jésus écarte la responsabilité du malade ou de ses parents.

Alors qui ? Jésus ne répond pas à cette question de la façon à laquelle on s’attendrait ce n’est pas qui? C’est pour… Mais c’est pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui ! Tant qu’il fait jour, il nous faut travailler aux œuvres de celui qui m’a envoyé la nuit vient où personne ne peut travailler ; aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »

En quelque sorte Jésus dit qu’importe la cause du mal, l’urgence est de travailler contre le mal, travailler au travail de Dieu, Jésus est la lumière, celui qui rend la vue aux aveugles, la lumière de l’espérance. Pour Jésus pas de spéculation inutile, le mal se s’explique pas, ne se justifie pas, il se combat, c’est pour cela que Dieu l’a envoyé, et le « Je » peut devenir « Nous ».

Dans les circonstances actuelles  je ne lirai pas cette prédication. Par contre je vous transmets ce commentaire de France Quéré, sélectionné par le Pr Daniel Bourguet dans « l’évangile médité par les Pères » Jean (collection Veillez et priez Editions Olivétan). Vous pourrez le lire, le relire, le laisser vous nourrir de l’évangile et j’espère que par grâce il vous soutiendra. France Quéré conclue : « Il nous faut travailler. L’action est promue en pensée. Elle en revêt l’éminente dignité et délivre le sens qui n’a pas de sens. Devant le mal, Jésus dit de côté il se met, et l’absoluité de son engagement. Tant que la souffrance ne sera pas vaincue, il la chargera sur ses épaules et gravira avec nous la colline du Golgotha ».

Amen

 

 

Cantique AEC 621 J’ai tout remis entre tes mains 1,2,3,4

 

1.J’ai tout remis entre tes mains,

Tous mes fardeaux, toutes mes peines,

Ce qui m’angoisse et qui m’enchaîne

Et le souci du lendemain

J’ai tout remis entre tes mains. (bis)

 

  1. J’ai tout remis entre tes mains,

Ressentiments, haines amères,

Les luttes et toutes les guerres,

Ce qui sépare les humains.

J’ai tout remis entre tes mains. (bis)

 

  1. J’ai tout remis entre tes mains,

Que ce soit la joie, la tristesse,

La pauvreté ou la richesse,

Ombre ou lumière du chemin.

J’ai tout remis entre tes mains. (bis)

 

  1. J’ai tout remis entre tes mains,

Que ce soit la mort ou la vie,

La santé ou la maladie,

Le commencement ou la fin.

J’ai tout remis entre tes mains. (bis)

 

Prière d’intercession

Notre Dieu notre Père,

En cette période de pandémie, nous te prions pour le monde

Nous te prions pour, les mourants,

Pour tous ceux qui sont dans le deuil

Nous te prions pour les malades

Pour tous ceux qui soignent

Pour les dirigeants,

Pour les scientifiques,

Pour ceux qui informent.

Pour tous ceux qui sont dans la peur de la maladie et de la mort

Pour tous ceux qui sont dans l’inquiétude pour leur travail et leur avenir

 

Comme nous savons bien mal te prier, nous te disons la prière que Jésus le Christ nous a enseignée

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;

pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal,

car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles.

Amen.

 

Exhortation bénédiction

Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Vivez en enfants de lumière.

Et le fruit de la lumière s’appelle : bonté, justice, vérité.

Discernez ce qui plaît au Seigneur. Ephésiens 5, 8-10 TOB

 

Jésus dit : « Je suis la lumière du monde. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la lumière qui conduit à la vie. »Jean 8,12

 

Que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ, l’Amour de Dieu le Père, la communion du Saint-Esprit soient avec nous tous maintenant et toujours.

Amen

 

Je vous invite à chanter le cantique 889

 

  1. Demeure par ta grâce

Avec nous, Dieu Sauveur.

Quand l’ennemi menace,

Protège-nous, Seigneur.

 

  1. Eternelle lumière

Dont la vive splendeur

Nous guide et nous éclaire,

Garde-nous de l’erreur.

 

  1. Augmente-nous tes grâces ;

Donne-nous ton Esprit.

Fais-nous suivre les traces

De ton Fils Jésus-Christ.

 

  1. Garde-nous, Dieu fidèle,

En ta puissante main

Pour la vie éternelle,

Pour ce jour et demain.

 

Bon dimanche à tous, à dimanche prochain. Résistez.

Publié dans Tout, Vie de la paroisse | Laisser un commentaire

Janvier Février 2020

Le culte est assuré tous les dimanches à 10h30

Merci à tous ceux qui permettent d’assurer le culte : le pasteur Christiane Nyangono  Lecarpentier qui est présente un dimanche tous les 2 mois, les prédicateurs laïcs de la paroisse, les musiciens.

Le petit déjeuner du Catéchisme intergénérationnel s’adresse à tous les âges, le dimanche une fois par mois, à 9h30 avec partage d’un texte biblique suivi du culte à 10h30  autour de ce texte. Pour cette année 2019-20 le livre des Actes de Apôtres. Prochaines séances les dimanches 12 janvier, 2 février, 8 mars 2020.

Les études bibliques œcuméniques avec le Pasteur Christiane Nyangono Lecarpentier chez Mme Roseline Vaucher 10, rue du temple à Courseulles s/mer  (02.31.37.46.13) : les 3è vendredi du mois de 17h à 18h30 autour d’Esaïe en lien avec les évangiles.

La célébration œcuménique de la semaine de prière pour l’unité des Chrétiens aura lieu le vendredi 24 janvier 2020 à 20h30 au temple de Courseulles sur mer . Les Chrétiens de Malte et Gozo ont choisi le naufrage de Paul sur l’ile de Malte au chapitre 28 du livre des Actes. « Ils nous ont témoigné une humanité peu ordinaire ».

Ce qui s’est passé :

Nous avons un nouveau piano, qui réjouit les pianistes et l’assemblée. Bien sur cela n’est pas gratuit… merci pour vos dons. Le plafond du temple est à refaire….merci encore pour vos don.

Le 10 novembre dernier nous avons eu un petit déjeuner puis un culte pour les églises persécutées avec le témoignage et la participation musicale de Soroush Kamalian, Amir Safarpour, Maksim Martyanov. Leur projet est d’organiser des concerts pour faire connaître la situation des chrétiens en Iran. (soroushkamalian@gmail.com; maksimarty57@live.com)

Nous souhaitons à chacune et chacun de reconnaitre tout au long de l’année les petites grâces même parmi les difficultés. Ainsi se construira une année 2020 de grâce et de paix.

Publié dans Tout, Vie de la paroisse | Laisser un commentaire

Novembre Décembre 2019

Le culte est assuré tous les dimanches à 10h30 au temple de Courseulles sur mer (rue du temple!)

Merci à tous ceux qui permettent d’assurer le culte : le pasteur Christiane Nyangono  Lecarpentier qui est présente un dimanche tous les 2 mois, les prédicateurs laïcs de la paroisse, les musiciens.

Le petit déjeuner du Catéchisme intergénérationnel s’adresse à tous les âges, le dimanche une fois par mois, à 9h30 avec partage d’un texte biblique suivi du culte à 10h30  autour de ce texte. Pour cette année 2019-20 : le livre des Actes de Apôtres. Prochaines séances les dimanches 10 novembre, 8 décembre 2019, 12 janvier 2020. Le 10 novembre sera un temps  de culte pour les églises persécutées et en particulier les chrétiens d’Iran avec le témoignage et la participation musicale du groupe Ekoob.

Les études bibliques œcuméniques avec le Pasteur Christiane Nyangono Lecarpentier chez Mme Roseline Vaucher 10, rue du temple à Courseulles s/mer  (02.31.37.46.13) : les 3è vendredi du mois de 17h à 18h30 autour d’Esaïe en lien avec les évangiles.

Voici le temps de l’Avent et de Noël

Nous proposons la confection de la crèche le samedi 30 novembre après-midi. Adressez-vous à Orit Callcut oalkabetz@gmail.com ou Elisabeth Danno zabeth.kauffmann@laposte.net.

Le culte de Noël sera célébré le 25 décembre à 10H30.

Comme ils sont les bienvenus, au sommet des montagnes, les pas du messager qui nous met à l’écoute de la paix, qui porte un message de bonté, qui nous met à l’écoute du salut, qui dit à Sion : « Ton Dieu règne ! » Esaïe 52,7

Publié dans Tout, Vie de la paroisse | Laisser un commentaire