Culte du dimanche 29 mars 2020

En raison des consignes de confinement pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus, le culte ne sera pas célébré au temple de Courseulles sur mer.le 29 mars 2020.  Nous vous invitons à lire, méditer, prier dans vos maisons avec ce. Culte préparé parVirginie Weben.

Frères et soeurs, Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ ! Le confinement qui nous force à rester dans un espace limité, signifie en même temps « être très proche l’un de l’autre », confinité, affinité, proximité… C’est en ce sens que nous nous retrouvons ce matin, derrière nos écrans, quelques feuilles de papier, invités tels que nous sommes, à louer et écouter Dieu qui nous parle et nous précède en toute chose.

 Prions le psaume du jour : Psaume 129

01 Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,

02 Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

03 Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ?

04 Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.

05 J’espère le Seigneur de toute mon âme ; je l’espère, et j’attends sa parole.

06 Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,

07 attends le Seigneur, Israël. Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.

08 C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

 

Cantique 167 AEC Quand les montagnes s’éloigneraient

Refrain

Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Quand les montagnes s’éloigneraient, Dieu fera tout comme il promet.

Strophe

Mon amour, oui mon amour Ne s’éloignera point de toi ; Mon amour, oui mon amour Ne s’éloignera point de toi.

Refrain

Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Quand les montagnes s’éloigneraient, Dieu fera tout comme il promet.

Rappelons-nous la loi de Dieu :

« Seigneur, mon coeur dit de ta part : Cherchez ma face ! C’est ta face, Seigneur, que je cherche. Ne me cache pas ta face ! » (Ps 27. 8, 9a)

La face, le visage du Christ est à chercher dans l’amour :

« L’amour est patient. Il est plein de bienveillance. Il n’est pas jaloux. Il ne se vante pas. Il ne se gonfle pas d’orgueil. Il ne fait rien de malhonnête. Il ne cherche pas son intérêt. Il ne s’irrite pas. Il ne soupçonne pas le mal. Il ne se plaît pas dans l’injustice, mais se réjouit dans la vérité. L’amour croit tout, il pardonne tout, il supporte tout, il espère tout. L’amour ne périt jamais. » (1 Cor. 13)

 

Je vous invite à la prière et la repentance. … Nous confessons devant toi Éternel, toute notre imperfection humaine et nous implorons ton pardon.

Cantique 420 AEC Tel que je suis

Strophe 1

  1. Tel que je suis, sans rien à moi, Sinon ton sang versé pour moi Et ta voix qui m’appelle à toi, Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Strophe 2

  1. Tel que je suis, bien vacillant, En proie au doute à chaque instant, Lutte au dehors, crainte au-dedans, Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Strophe 3

  1. Tel que je suis. Ton coeur est prêt À prendre le mien tel qu’il est, Pour tout changer, Sauveur parfait ! Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Strophe 4

  1. Tel que je suis. Ton grand amour A tout pardonné sans retour. Je veux être à toi dès ce jour ; Agneau de Dieu, je viens, je viens !Recevez l’annonce du Pardon :Que tous ceux qui se tournent vers Dieu avec confiance reçoivent de lui la certitude de son amour.

    Vous qui avez faim et soif de son pardon, vous êtes heureux, car il vous pardonne.

    Vous qui avez faim et soif de sa présence, vous êtes heureux, car il vient demeurer en vous, vous fortifier et vous guider.

    Vous qui avez faim et soif d’amour, vous êtes heureux, car notre Père nous aime et nous pardonne en Jésus-Christ.

    Tous ceux qui se tournent vers Dieu reçoivent la certitude de son pardon, Amen

    Chantons notre reconnaissance :

    Prière d’illumination Avant de lire les écritures :

    Seigneur, donne-nous ton Esprit.

    Pour que nous sachions où aller quand nos chemins se perdent, que faire quand notre avenir est incertain, que pouvoir quand nous sommes au bout de nos forces,

    Seigneur, donne-nous ton Esprit.

    Pour que nous puissions bâtir ton Royaume, en annonçant, en guérissant & en aimant

    Seigneur, de notre espérance, et de notre foi, nous te cherchons dans la méditation de cette écriture ancienne, à l’écoute de la Parole source de nouveauté…

    Lectures LSG 1910

    Ez. 37.12-14

    12 Prophétise donc, et dis-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, j’ouvrirai vos sépulcres, je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple, et je vous ramènerai dans le pays d’Israël. 13 Et vous saurez que je suis l’Éternel, lorsque j’ouvrirai vos sépulcres, et que je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple ! 14 Je mettrai mon esprit en vous, et vous vivrez ; je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Éternel, j’ai parlé et agi, dit l’Éternel.

     

    Évangile selon  Jean, 11.1-45

    1 Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa soeur. 2 C’était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade. 3 Les soeurs envoyèrent dire à Jésus : Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. 4 Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n’est point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. 5 Or, Jésus aimait Marthe, et sa soeur, et Lazare. 6 Lors donc qu’il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était, 7 et il dit ensuite aux disciples : Retournons en Judée. 8 Les disciples lui dirent : Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée ! 9 Jésus répondit : N’y a-t-il pas douze heures au jour ? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; 10 mais, si quelqu’un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n’est pas en lui. 11 Après ces paroles, il leur dit : Lazare, notre ami, dort ; mais je vais leréveiller.12 Les disciples lui dirent : Seigneur, s’il dort, il sera guéri. 13 Jésus avait parlé de sa mort, mais ils crurent qu’il parlait de l’assoupissement du sommeil. 14 Alors Jésus leur dit ouvertement : Lazare est mort. 15 Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n’étais pas là. Mais allons vers lui. 16 Sur quoi Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples : Allons aussi, afin de mourir avec lui. 17 Jésus, étant arrivé, trouva que Lazare était déjà depuis quatre jours dans le sépulcre. 18 Et, comme Béthanie était près de Jérusalem, à quinze stades environ, 19 beaucoup de Juifs étaient venus vers Marthe et Marie, pour les consoler de la mort de leur frère. 20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. 21 Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 22 Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. 23 Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera. 24 Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. 25 Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; 26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? 27 Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. 28 Ayant ainsi parlé, elle s’en alla. Puis elle appela secrètement Marie, sa soeur, et lui dit : Le maître est ici, et il te demande. 29 Dès que Marie eut entendu, elle se leva promptement, et alla vers lui. 30 Car Jésus n’était pas encore entré dans le village, mais il était dans le lieu où Marthe l’avait rencontré. 31 Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient, l’ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, disant : Elle va au sépulcre, pour y pleurer. 32 Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus, et qu’elle le vit, elle tomba à ses pieds, et lui dit : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 33 Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému. 34 Et il dit : Où l’avez-vous mis ? Seigneur, lui répondirent-ils, viens et vois. 35 Jésus pleura. 36 Sur quoi les Juifs dirent : Voyez comme il l’aimait. 37 Et quelques-uns d’entre eux dirent : Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que cet homme ne mourût point ? 38 Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C’était une grotte, et une pierre était placée devant. 39 Jésus dit : Ôtez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit : Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu’il est là.

    40 Jésus lui dit : Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? 41 Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit : Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé. 42 Pour moi, je savais que tu m’exauces toujours ; mais j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. 43 Ayant dit cela, il cria d’une voix forte : Lazare, sors ! 44 Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : Déliez-le, et laissez-le aller. 45 Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui.

     

    Rom. 8. 8-11

    8 Frères ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. 9 Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. 10 Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. 11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

     

    Prédication Jean. 11.1-45

    Au chapitre 11.1-45, Jean nous présente le récit du miracle de la résurrection de Lazare, sans doute le plus extraordinaire des miracles réalisés par Jésus !

    Voyons ce que nous dit cet évènement, dans le contexte de l’époque et aujourd’hui plus particulièrement en ce temps inédit de pandémie !

    La toile de fond commune est l’expérience de la maladie, de la mort et de la foi.

    Depuis sa sortie du jardin d’Eden, l’homme a rendez-vous avec la mort. Toutes sortes de morts, celle programmée de sa finitude humaine mais aussi celles des épreuves, des maladies, des deuils extérieurs ou intérieurs à lui-même.

    Jean, ’le disciple qu’aimait Jésus’, assez étrangement est le seul des 4 évangélistes à évoquer ce récit : celui de la mort et de la résurrection de Lazare…Je ne me risquerais pas à forger des hypothèses sur la raison de cette singularité mais quoiqu’il en soit, on peut dire que dans sa 1ère partie, l’évangile de Jean a pour thème principal la foi et la confiance.

    Au niveau du ‘casting’, les protagonistes sont, dès le 1er plan, la fratrie des amis de Jésus : Lazare, le frère de Marthe et Marie. L’un est malade et les deux soeurs font prévenir Jésus de la situation comme aujourd’hui nous pourrions appeler le médecin ! Elles comptent sur lui ! Il y a de l’amitié entre ces quatre-là.

    Lazare, lui est plutôt passif, il ne parle pas. Ou bien il est malade, ou bien il dort, puis il meurt avant d’être ressuscité par Jésus à la toute dernière scène. Marthe à la foi déterminée, est toujours empressée, c’est une ‘hyperactive’ limite ! dirions-nous aujourd’hui’ …elle aime ‘ faire les choses correctement’(c’est la même Marie qui s’agite dans . Quant à Marie, c’est la délicatesse, la pêcheresse convertie qui s’est jetée au pied du Maître et a quitté sa ‘vie d’avant’ pour un chemin de foi. Il y a aussi les disciples de Jésus, Ils se trouvent à 2 jours de marche de Béthanie.

    Sans oublier ‘la foule’ de juifs qui viendront consoler les soeurs au décès de Lazare.

    Le village de Béthanie est situé à seulement 15 stades de Jérusalem, 3km environ, donc tout proche de la menace ourdie par les juifs qui voulaient lapider Jésus. La peur des disciples est audible, palpable.

    Et puis il y a ce timing improbable, ces ‘différés’ qui apparaissent tout au long du récit, manifestés dans les dialogues et les scènes qui se passent en deux lieux différents, puis entre Jésus et ses interlocuteurs. Il est attendu, espéré par ses amis mais il décide de retourner en Judée qu’après deux jours supplémentaires passés auprès de ses disciples.

    Aujourd’hui nous-mêmes, par les contraintes du confinement, sommes décalés de nos rythmes, nos attentes et nos projets habituels… Nous qui courrions hier après le temps, passant d’une priorité à l’autre (croyant bien faire), nos activités se sont interrompues du jour au lendemain. Les ingrédients qui composent l’épisode sur Lazare et ceux qui nous traversent aujourd’hui se ressemblent : La maladie, la mort, la peur. Dans ces deux espaces temps, la place de la foi sera déterminante pour l’humanité…

    Et puis oui, il y a une différence de taille : Jésus était bien visible des siens tout comme l’ennemi identifié par ses disciples au verset 8 « Les disciples lui dirent : Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider. »

    Pour nous-même en ce printemps 2020, la scène se déroule avec le même Dieu et une fois n’est pas coutume, avec le même ennemi commun tout aussi invisible. Quoique cet ennemi commun, identifié sous le sobriquet de Covid 19, ‘un minuscule virus’ !… on peut se demander s’il n’est pas l’avatar de toutes nos incohérences, des transgressions des lois ontologiques que nous avons bafouées au profit des faux Dieux que nous avons adorés ?

    Pourtant, si ce Dieu tout puissant est le même que celui de Lazare, si nous nous sommes laissés endormir, manipuler voire entrainer jusqu’à mourir ou tuer par nos erreurs, alors ça veut dire que logiquement, nous pourrions encore nous en sortir avec le même remède que Jésus médecin des hommes, a prodigué à ses amis pour les extraire de la mort !

    Revenons plus particulièrement au dialogue de Jésus avec Marthe. Peut-être pouvons-nous aussi, imaginer que nous sommes Marthe, accourant vers Jésus…et pour un instant, déposer à ses pieds tous nos soucis, celui de nos proches bien-sûr, des malades, de toute l’humanité souffrante d’injustice, de précarité, d’oubli et pour laquelle Dieu médecin a envoyé Jésus Christ sauveur du monde.

    Au verset 21à 22, « Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »

    Marthe sait, et en tant que Chrétiens…, nous savons tous …

    Jésus lui répond au verset 23: « Ton frère ressuscitera. »

    Au verset 24Marthe reprend : « Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »

    Jésus lui annonce qu’il est le remède, il lui dit au verset 25et 26 : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »

    27Elle lui dit : « Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde »

    Là, par le passage du ‘ Je sais’ du verset 21 et 24 au ‘Je crois’ du verset 27 on sent que quelque chose en Marthe a bougé. La parole de Jésus Christ annonçant clairement que c’est par la foi et la confiance que l’homme est élevé, a ‘élargi’ la foi de Marthe qui s’était limitée à cette espérance de résurrection au dernier jour. Ce ‘Je crois’ prononcé par Marthe c’est l’ « AMEN » que nous disons quand nous prions comme Jésus en attendant TOUT de DIEU, la confiance totale en celui qui est l’AMOUR sans LIMITE.

    Dans ce texte, la gloire de Dieu se manifeste en Jésus à deux moments : d’une part quand il ressuscite Lazare au moment où Il l’a décidé, mais aussi quand il fait cette révélation à Marthe élargissant sa foi.

    C’est donc la foi en Jésus qui préfigure la résurrection et la vie éternelle. C’est lui qui fait vivre (Jn 5,21.25.28) ! Il est la vie parce que son Père la lui a donnée (Jn 5,26) et qu’il la communique aux hommes (Jn 10,10.28). Le signe présent dans ce texte est celui de la vie éternelle donnée par Jésus à celui qui croit en lui !

    Le texte de la résurrection de Lazare, très ‘symbolique’ est proposée le dimanche juste avant la semaine de la passion du Christ qui mène au dimanche de Pâques puisque c’est cette même résurrection qui va embraser la colère des juifs.

    L’histoire de Lazare, ‘mort-vivant’ ressuscité par Jésus est comme un ‘prototype’ de la mort et de la résurrection à venir de Jésus, (pierre roulée,…) A quelque chose près, que Lazare a fini par ‘mourir’ fatalement une seconde fois, du moins le présumons-nous…, alors que Jésus a été reconnu physiquement mort sur la croix puis le 3e jour ressuscité des morts et vivant éternellement !

    Après nous être mis dans la peau de Marthe, nous pouvons également nous mettre dans celle de Lazare, car je pense pouvoir partager avec vous que nous avons, j’ai aussi ‘ma part’ de responsabilité dans les dysfonctionnements qui fracassent le monde d’aujourd’hui.

    Le mot ‘ressuscité’ est la traduction d’un mot grec signifiant « faire se lever ». ‘Remettre debout’, image combien importante puisque c’est le chemin qui permet de faire ‘accéder à l’humanité’, au sens où l’homme se verticalise à la différence du reste du règne animal. En relevant Lazare, que Jean appelle encore au verset 44 ‘le mort’, sa remise debout symbolise alors l’accès à une nouvelle vie, que la Grâce et l’Amour de Jésus à rendu possible.

    Notre expérience personnelle est, elle aussi, jalonnée de petites morts et de relèvements …

    Alors n’ayons pas peur de la mort, certains que Dieu nous aime et nous relève. Quand Christ marche vers sa propre mort, pendant ce temps de Carême, il nous invite à le suivre pour vaincre nos peurs, marche féconde derrière ses pas.

    Il dit à chacun de nous, ne reste pas dans ton tombeau, délie les bandelettes qui t’écrasent. « SORS !»

    Prière d’intercession :

    Dieu, notre Père, puisque Jésus a pleuré la mort de son ami Lazare (Jean 11, 35), autorisons-nous à pleurer face aux détresses humaines. Pleurons avec les personnes affligées par la maladie, la vieillesse, la solitude, le deuil ou la précarité matérielle, sanitaire ou humaine. En les remettant à Dieu, nous les confions à la miséricorde de Dieu qui aime tous les humains.

    Sois béni Seigneur, Dieu de l’univers, toi qui nous bénis et nous garde en ta main. Amen !

    Comme tu nous l’as appris de ton Christ, nous te disons :

    Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

    Bénédiction :

    « Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, par la prière et la supplication, avec des actions de grâces, faites connaître à Dieu vos demandes. Et que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos coeurs et vos pensées en Christ Jésus. Amen !

    Alors chante le prophète Isaïe, messager de la parole divine adressé à l’humanité :

    « Tu seras une couronne éclatante dans la main de ton seigneur un turban royal dans la main de ton Dieu. On ne te nommera plus délaissée on n’appellera plus la terre désolation mais celle qui porte mon plaisir en elle, mon épouse, car le seigneur met son plaisir en toi. » (Isaïe 52, 3-4)

Ce contenu a été publié dans Cultes, Tout. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.